Symptomes dans l'histoire

Steiner, Rudolf

PDFImprimerE-mail
Prix TTC
28,00 €
ISBN : 2-88189-270-7
N° de GA : 185
Communication :
Conférences
Traduction : Bideau, Henriette
Édition année : 2015
Éd. précédente : 1981 Triades
Nbre de pages : 286
Reliure :
Relié
Format : 12 X 18
Auteur(s) : Steiner, Rudolf
Langue originale :
Allemand
Description

La montée de l'âme de conscience - Dornach, 18 octobre 1918

La véritable réalité est derrière les événements. Les plus importants sont les grands tournants de l'évolution où la vie de l'âme passe d'une certaine attitude à une autre - Le catholicisme, impulsion universaliste au Moyen-Age. Sa force de suggestion. Son expansion et confrontation avec le Saint Empire romain germanique - Symptômes des temps nouveaux : l'installation du pape en Avignon (1303), l'anéantissement de l'Ordre des Templiers, les migrations mongoles - Existence d'un complexe plus ou moins homogène qui donne naissance à la France et à l'Angleterre. Apparition du sentiment national générateur de communauté - Activité colonisatrice de l'Europe du Centre en direction de l'Est et des territoires slaves. Du xIII` au xv° siècle, naissance des villes indépendantes Préparation du parlementarisme en Angleterre, effet du travail de' l'âme de conscience qui prend le caractère d'une impulsion nationale - A l'Est, naissance de l'ensemble russe à partir d'éléments anciens - Au début, l'âme de conscience naissante amène une improductivité de l'âme. La rébellion de la personnalité humaine contre le catholicisme universaliste n'apporte pas d'idées nouvelles Nuances différentes de la personnalité en voie d'émancipation en France, où l'évolution, centrée sur l'élément personnel dans l'âme, aboutit à la Révolution de 1789, et en Angleterre, où elle aboutit au libéralisme et à l'expansion vers le monde extérieur - Une personnalité caractéristique de l'âme de conscience : Jacques I-, roi d'Angleterre.

Les symptômes à l'époque moderne - Dornach, 19 octobre 1918

En France, affermissement de l'idée d'Etat. Louis XIV - La triple impulsion.de la Révolution française : liberté, égalité, fraternité - Comment elle doit être comprise La Révolution : une âme sans corps; Napoléon : un corps sans âme - L'être humain à la recherche d'un nouveau centre de gravité. Trois voies : liberté laissée à l'homme de suivre les impulsions de progrès, frein mis à l'aspiration vers l'âme de conscience par l'influence suggestive de Rome, anéantissement de cette aspiration par ce qui deviendra plus tard la franc-maçonnerie - Sous l'action de ce contre-courant en provenance des sociétés secrètes, l'impulsion de la personnalité s'émousse, l'âme et l'esprit n'agissent plus - Le socialisme, symptôme essentiel de l'époque moderne. Sa triple conviction : théorie de la lutte des classes, conception de la plus-value, matérialisme historique - Un autre symptôme essentiel : la création de problèmes insolubles.

Aspects caractéristiques de symptômes à l'époque moderne - Dornach, 20 octobre 1918

Le machinisme. La colonisation engendrée par la technique. Son importance : elle contribue à effacer entre les humains, sous l'impulsion de l'âme de conscience, des distinctions reposant sur le passé - Différence entre l'observation et l'expérience. Les conquêtes de la technique introduisent dans la vie sociale un élément de mort. Par contre-coup, l'homme peut développer l'âme de conscience. Conscience et phénomène de mort sont intimement liés - Le parlementarisme aboutit à l'effacement de la personnalité dans l'acte de voter - Le mystère de la naissance et de la mort nous éclaire sur notre époque. L'âme de conscience remplacera par la connaissance du suprasensible les instincts autrefois implantés dans l'âme par les dieux - Nécessité pour l'homme de développer son Moi et le germe du Soi-Esprit - Connaissance de la périphérie et des- liens avec le Cosmos.

Importance historique de la pensée scientifique - Dornach, 25 octobre 1918

Différence entre l'observation de la nature et la connaissance qu'en donne l'expérimentation - Le fait historique révèle une réalité à l'arrière-plan; son étude conduit vers le suprasensible - Le complément du travail de l'âme de conscience : une ouverture vers le monde spirituel - Les symptômes dans la Révolution russe : la bourgeoisie dépourvue d'idées en a. fait un phénomène d'aspiration, non de pression - Le prolétariat, son intérêt pour l'histoire, sa conception du monde comme un grand mécanisme - Les idées libérales vers 1840 ; elles ne sont pas accueillies par la bourgeoisie - Nécessité actuelle d'un intérêt vif pour l'autre humain : voir ses fautes, rester positif- Naissance et mort pendant la quatrième époque post-atlantéenne, leur insertion dans la vie sociale aujourd'hui - Le rôle du mal.

L'élément suprasensible dans l'étude de l'histoire - Dornach, 26 octobre 1918

Lien entre les mystères du mal et de la mort et le Mystère du Golgotha. Rôle secondaire et rôle essentiel du mal - Développement nécessaire de l'intérêt pour autrui. Rôle de l'art dans cette évolution - Comment à l'avenir les humains se percevront et se comprendront - Les forces qui se développeront ainsi n'atteindront leur épanouissement que dans les incarnations ultérieures de la Terre : Jupiter, Vénus, Vulcain.

A propos de la réédition de « La Philosophie de la Liberté »- Dornach, 27 octobre 1918

Rudolf Steiner et ses premiers travaux sur Goethe Son séjour à Weimar - A Berlin: le « Magazin für Literatur ». Pharisaïsme de ses lecteurs - Une nouvelle tribune : l'Université populaire de Berlin. Le socialisme asservi à la science positiviste. Il ne laisse pas de place à la liberté - Les rapports avec la Société Théosophique. Nécessité d'une science de la liberté - La morale fondée sur l'activité intérieure de l'individu (individualisme éthique).

A propos de la nouvelle édition de « Goethe et sa conception du monde » - Dornach, 1er novembre 1918

Pourquoi donner le nom de « Goethéanum » à notre édifice - Nécessité d'y voir clair dans les choses L'Allemand d'Autriche à l'époque où Rudolf Steiner était écolier, puis étudiant - Le goethéanisme est isolé. Traits caractéristiques de l'attitude de Goethe : une base scientifique solide, une vision intuitive de la nature conduisant à l'art, l'âme de l'homme conçue comme le lieu où l'esprit peut se contempler lui-même - Universalité de Goethe.

Impulsions religieuses de la 1' époque post-atlantéenne - Dornach, 2 novembre 1918

Les trois évolutions. Leur croisement en l'homme - Le rajeunissement de l'humanité et l'âme de sensibilité Développement de l'âme de conscience - Evolution des âmes des peuples - Peuple du Christ, peuple de l'Eglise, peuple des loges - Romanisme et mouvement jésuite Les exercices spirituels d'Ignace de Loyola - Le contrepôle du mouvement jésuite est le goethéanisme.

Lien profond entre les impulsions en Europe et celles de l'époque présente - Dornach, 3 novembre 1918

Interférences des trois courants d'évolution : celui de l'humanité dans son ensemble, celui de l'homme pris individuellement, celui des âmes des peuples - Action de l'impulsion du Christ aux trois niveaux - Goethe et l'atmosphère du Graal : les trois galeries de tableaux dans le « Wilhelm Meister » - Arianisme et athanasisme - Les Celtes et leur principe d'un souverain, impulsion organisant la collectivité par une aristocratie - Le courant du roi Arthur et de la Table Ronde - Le courant du Graal - Le socialisme crée des remous, mais il est l'élément porteur d'avenir - Conditions d'un développement sain du socialisme : réaliser la fraternité dans l'organisme social, la liberté de la pensée religieuse, l'égalité dans le domaine de la connaissance.

Informations supplémentaires