Manifestation du karma

Steiner, Rudolf

PDFImprimerE-mail
Prix TTC
25,00 €
Éditeur : Éditions Triades
ISBN : 2-85248-142-1
N° de GA : 120
Communication :
Conférences
Traduction : Bideau, Henriette - Joseph, Michel
Édition année : 2004
Nbre de pages : 280
Reliure :
Broché
Format : 14 X 21
Auteur(s) : Steiner, Rudolf
Langue originale :
Allemand
Description

PREMIÈRE CONFÉRENCE, Hambourg, 16 mai 1910

Nature et signification du karma pour la personnalité, l'individualité, l'humanité, la Terre, l'univers

Éléments d'explication du concept de karma. Le croisement de différents courants karmiques: (1) Karma personnel (a) dans la vie de l'individu: karma en ligne droite (les événements du destin selon la cause et l'effet) et karma cyclique (les relations entre l'éducation et un âge avancé); (b) de l'individualité: des lois karmiques amenées par la conscience globale entre la mort et une nouvelle naissance. (2) Le karma de l'humanité: l'entrecroisement du karma individuel et de celui de l'humanité, à l'exermple des découvertes de Colomb et de Kepler, de l'invention de la longue-vue et des guerres Médiques. (3) Le karma de la Terre à l'exemple de la sécrétion du règne minéral et de ses conséquences. (4) Karma universel: Des êtres et des substantialités restées au niveau de « l'ancienne Lune ». Les comètes, conservateurs d'une vieille substantialité lunaire sous forme de combinaisons de cyanogène: un exemple d'affirmations de la science de l'esprit confirmées par la science. La comète de Halley, expression extérieure d'une impulsion nouvelle du matérialisme.

DEUXIÈME CONFÉRENCE, 17 mai 1910

Karma et règne animal

Karma et règne animal. Les rapports différents avec les animaux dans le bouddhisme et dans le christianisme. hélaboration de l'organisation intérieure chez l'homme, au lieu de l'habileté de l'animal, comme condition à recevoir l'individualité liée au moi. La nécessité, pour certaines entités, de rester en arrière, au bénéfice du progrès des autres: l'élimination des règnes de la nature pendant l'évolution universelle. La sortie de la Lune et la genèse du règne animal; l'action de l'âme de l'espèce animale à partir du monde spirituel, l'entrée de l'âme humaine individuelle dans le corps. Le départ des âmes humaines, entraînées par Lucifer, pendant la période de durcissement; la réception de l'impact luciférien. Les qualités astrales grossières sont déposées dans le monde animal. La capacité de souffrance des animaux, sans les lois karmiques de compensation. Maintien de la compassion pour le monde animal à partir de la sagesse originelle de l'Orient; cette compassion ressurgit grâce à la réception de sagesse spirituelle. Le karma de l'humanité et le monde animal.

TROISIÈME CONFÉRENCE, 18 mai 1910

Maladie et santé dans leur rapport avec le karma

Questions de maladie et de santé. Les faits et les opinions en médecine officielle; la méconnaissance des arrière-plans spirituels. La maladie dans les règnes de la nature et chez l'homme: (1) Minéral: pas de possibilité de maladie. (2) Plante: maladies uniquement dues à des nuisances extérieures; forces de guérison du corps éthérique. (3) Animal: des animaux inférieurs aux animaux supérieurs, réduction progressive des forces de guérison, le corps éthérique étant de plus en plus dépendant du corps physique et du corps astral. (4) Homme: Influences karmiques au niveau des maladies: répercussions de la vie individuelle, morale et intellectuelle, sur le corps éthérique et, par ce biais, sur le corps physique et sur l'état de santé de la vie suivante. - Conséquences des impressions reçues: manque de résistance du corps physique aux impressions inconscientes, notamment de la première enfance, comme cause possible d'états dépressifs ultérieurs (maladies nerveuses et mentales). Exemples de la résurgence des actes et des êtres d'une vie dans la disposition et l'organisation de la vie suivante: les actions égoïstes mènent à une organisation trop faible; une vie superficielle mène à la tendance aux mensonges dans l'incarnation suivante et à des organes déréglés, dans celle d'après.

QUATRIÈME CONFÉRENCE, 19 mai 1910

Guérison et maladies incurables dans leur rapport avec le karma

À propos de la curabilité et de l'incurabilité des maladies. Le changement des vires sur la possibilité de guérison et les médicaments au cours des siècles derniers; « l'école nihiliste » viennoise et le concept de l'au toguérison. Les causes karmiques de maladies: la prédisposition au choléra, conséquence d'un sentiment de soi trop faible, la prédisposition à la malaria, conséquence d'un sentiment de soi trop fort, la prédisposition à la diphtérie lorsque le sujet s'est trop abandonné à ses affects, dans la vie précédente. Les influences lucifériennes et ahrimaniennes dans une vie, causes de maladies dans la vie suivante: la transformation des influences lucifériennes (le péché contre la moralité) en influences agissant à partir du corps astral, transformation des influences ahrimanieunes (péché contre un penser sain) en causes de maladies agissant à partir du corps éthérique, à l'exemple de la pneumonie et de la tuberculose pulmonaire. Procédures différentes de guérison, conséquence de la distinction en maladies lucifériennes et ahrimanicnnes. Les conditions karmiques de la curabilité ou de l'incurabilité des maladies. Le respect de la sphère de liberté humaine par toute activation possible de la guérison.

CINQUIÈME CONFÉRENCE, 20 mai 1910

Maladies naturelles et accidentelles dans leur rapport avec le karma

Le nihilisrnc de l'école viennoise et le concept de « l'autoguérison ». Un « rempart » consistant dans l'accompagnement des actions par des représentations conscientes; l'effet des expériences « oubliées». Les causes lucifériennes et ahrimaniennes de maladies; le choléra et la malaria dans leurs répercussions sur le sang. Comment vivre avec des maladies chroniques et avec l'infirmité: l'oubli positif; l'étude de contenus spirituels. La possibilité de ramener une maladie vers un processus spirituel, par l'auto-éducation, à l'exemple de la rougeole. La cause karmique de la rougeole: le sujet était trop refermé sur lui-même dans la vie précédente. L'action bénéfique de la théosophie. Les maladies naturelles et «accidentelles». Les événements « accidentels » et leurs répercussions, à l'exemple de l'invention de la longue-vue, de la découverte des lois du mouvement pendulaire par Galilée et de la traduction de la Bible par Luther. La confusion de la psychologie moderne, à l'exemple de leur théorie du motif et du prétexte. La mâyâ dans la vie psychique (les faux motifs), action de Lucifer, la mâyâ dans les impressions de l'extérieur (supposition de «hasard»), action d'Ahriman.

SIXIÈME CONFÉRENCE, 21 mai 1910

Accidents et karma

Les causes extérieures de maladies et le karma. Les dispositions héréditaires: un élément extérieur antérieur transformé en un élément intérieur (l'exemple de « l'oreille musicale » ). La maladie et la sante comparées au sommeil et à la veille. Eendormissement et le réveil, expériences intérieures de l'être humain: l'extension du corps astral et du moi, entraînant la perte de la conscience en s'endormant, la compression du corps astral et du moi, avec le déploiement de la conscience égoïste, au réveil. Les mystiques et leur concept du dépouillement, de « ne plus devenir». La conscience dépend de l'imbrication des quatre éléments constitutifs de l'être humain, à l'exemple de la conscience du moi et de la conscience astrale. La maladie, un état de veille anormal du corps astral; la douleur, expression de cette conscience astrale. Une maladie indolore: lien trop serré entre les corps éthérique et physique; conscience du sommeil. Les mouvements réflexes. L'être humain ne fait d'expériences conscientes que dans la conscience astrale (joies et peines) et dans la conscience du moi (capacité de jugement, conscience de jour). La recherche de dommages extérieurs par des couches profondes de la conscience. La question de savoir s'il est permis d'éviter consciemment des maladies, par exemple par des mesures hygiéniques.

SEPTIÈME CONFÉRENCE, 22 mai 1910

Catastrophes naturelles, éruptions volcaniques, tremblements de terre, épidémies dans leur rapport avec le karma. Le fait de surmonter les influences lucifériennes et ahrimaniennes grâce à la maladie. La douleur, un éducateur. L'influence ahrimanienne, conséquence de l'influence luciférienne; l'oscillation de l'être humain entre ces deux influences. La nécessité de la formation du caractère, dans le développement occulte; la moralité et la saine faculté de jugement, moyens contre les séductions lucifériennes et ahrimaniennes. Les processus de destruction d'organes, une protection contre un enlisement ahrimanien trop fort. La vérité des documents occultes à ce propos: le mythe de Prométhée et la légende du Paradis. Les êtres lucifériens restés en arrière sur l'ancienne Lune, les êtres ahrimaniens restés en arrière sur l'ancien Soleil. Les anges tentés par les êtres ahrimaniens sur l'ancienne Lune, les hommes tentés sur la Terre par les êtres lucifériens; les répercussions de ces tentations. Les catastrophes naturelles - grêle, éruptions volcaniques, tremblements de terre, «correction» nécessaire des processus rythmiques de l'existence terrestre par des forces de l'ancienne Lune. Le problème des mesures préventives en médecine.

HUITIÈME CONFÉRENCE, 25 mai 1910

Le karma des éléments constitutifs supérieurs de l'homme

Le jeu alterné des forces lucifériennes et ahrimaniennes. Les dommages ahrimaniens apportés aux «enveloppes» humaines en raison de fautes lucifériennes de la vie précédente au niveau des éléments constitutifs de l'être humain, à l'exemple d'idées fixes (la folie des grandeurs la manie de la persécution) et comment gérer cela. Les changements de physionomie grâce à l'assimilation de vérités de la science de l'esprit. L'exemple d'une personne qui va vers un effet ahrimanien (la foudre) après une faute luciférienne (le plongeon dans la sensualité). Le karma n'est pas une fatalité: la possibilité de «premiers événements». Le lien entre le karma individuel et le karma de l'humanité: des personnalités déterminées reprennent certains dessins de l'évolution et leurs répercussions suit le karma individuel (exemples: Luther, des catastrophes naturelles, l'arrêt précoce d'une incarnation). Le reflet de l'ancienne période de civilisation égyptienne dans l'époque actuelle, à l'exemple de la culture des rites de purification et des mesures d'hygiène actuelles. Le problème consistant à éliminer, par l'hygiène, l'aspect extérieur de l'action karmique, à l'exemple de la variole (compensation d'une absence d'amour dans la vie précédente): nécessité de compléter l'aide extérieure (vaccination antivariolique) par l'aide intérieure (éducation spirituelle).

NEUVIÈME CONFÉRENCE, 26 mai 1910

La mort et la naissance dans leur lien avec le karma

L'élimination de certaines possibilités de compensation karmique par les mesures hygiéniques actuelles, dans son rapport avec les grandes lois de l'évolution de l'humanité. Le vide de l'âme, conséquence de la vie physiquement plus agréable; la recherche de contenus nouveaux; la vision spirituelle du monde, une «mode». Les effets karmiques des expériences psychiques différentes chez l'homme et chez la femme: l'organisation corporelle masculine, conséquence des expériences plutôt émotionnelles et psychiques d'une incarnation féminine précédente; l'organisation corporelle féminine, conséquence des aspects plutôt intellectuels et matérialistes d'une incarnation masculine précédente. L°intensité différente du lien avec l'organisation corporelle chez l'homme et chez la femme, ses conséquences pour la relation avec l'esprit. Le caractère superficiel de la science actuelle: une absence de lien entre les différents faits. La conséquence de l'influence luciférienne à l'époque lémurienne pour l'être humain: un lien plus fort avec la matière. La naissance entraîne la perte du souvenir des réalités spirituelles. La mort, conséquence karmique de la naissance. La différence entre la mort humaine et animale.

DIXIÈME CONFÉRENCE, 27 mai 1910

Le libre vouloir et le karma dans l'avenir de l'évolution

l:influence de l'aide humaine sur le karma. La nature de l'existence matérielle et psychique. Les théories scientifiques sur la matière. La matière, lumière condensée; l'âme, amour dilué. La mission de la Terre. Lintroduction de lumière dans l'amour par les êtres lucifériens; l'imprégnation de la matière par cet amour pénétré de sagesse, une cause pathogène. L'activité secourable et thérapeutique de l'être humain: apport (a), par le thérapeute, d'une force d'amour transformée et (b) de lumière pure par les médicaments extraits des trois règnes de la nature; en tenant compte du lien entre les « enveloppes » de l'être humain et les différents règnes de la nature. La notion du poison. Perturbation et rétablissement

perpétuels de l'équilibre entre les éléments opposés lumière (matière) et amour (âme) dans l'existence terrestre, illustrés (1) par le passage du Moyen Âge aux temps modernes et (2) par des manifestations de défunts (exemple: Frederick Myers).

ONZIÈME CONFÉRENCE, 28 mai 1910

Karma individuel et collectif

Le lien entre le karma individuel et celui de l'humanité, à l'exemple des guerres Médiques. Ce qui est éphémère et ce qui est durable dans le courant vivant de l'évolution culturelle. Lucifer et Ahriman dans l'évolution culturelle: l'enthousiasme et les idéaux, l'aspiration à une continuation de la culture concernée chez Lucifer, la destruction progressive par Ahriman de ce que Lucifer a produit. Ahriman, l'accomplissement karmique de Lucifer. Les Élohim et Lucifer. La déception permanente des esprits lucifériens. La possibilité d'accéder à nu vouloir libre chez l'homme, grâce à l'adjonction du moi inférieur par Lucifer. La connaissance de soi et celle du monde extérieur, seuls moyens contre Lucifer et Ahriman. Les facultés futures de l'être humain: la clairvoyance éthérique et la vision anticipée de l'accomplissement karmique des actions dans une image de rêve conscient. La sagesse, contreimage psychique de la lumière. Lucifer et Ahriman surmontés par la sagesse et l'amour. Compensation des déceptions de Lucifer par uni surcroît d'amour. Des courants d'amour, un sacrifice accompli par l'âme; des forces magiques qui se déversent. La théosophie vécue, une source de force spirituelle.

Informations supplémentaires