Impulsions du passé et de d'avenir dans la vie sociale

Steiner, Rudolf

PDFImprimerE-mail
Prix TTC
28,00 €
ISBN : 2-88189-077-6
N° de GA : 190
Communication :
Conférences
Traduction : Somonnot, Daniel
Édition année : 1977
Nbre de pages : 295
Reliure :
Relié
Format : 12 x 18
Auteur(s) : Steiner, Rudolf
Langue originale :
Allemand
Description

Première conférence - Dornach, 21 mars 1919

Le besoin de spiritualité parmi les hommes. La pensée naturaliste tend à détruire l'organisme social. L'accumulation du capital est un foyer de révolution. La triple organisation sociale est l'objet d'une revendication inconsciente. Comment faire disparaître les différences entre les classes sociales. La gestion de la monnaie. L'étalon monétaire.

Deuxième conférence - 22 mars 1919

L'organisme humain et l'organisme social. Les trois organisations. Le nationalisme, impulsion anti-sociale. Le déclin de la vie spirituelle exige sa libération des emprises de l'économie et de la politique. La prédominance de la vie économique. Technique et capital. Un règlement d'avenir des problèmes internationaux.

Troisième conférence - 23 mars 1919L'activité des anges, des archanges et des archées dans la vie spirituelle, la vie juridique et la vie économique. Comment interpréter la réincarnation. Désir de purification de la culture rationaliste chez les âmes descendant s'incarner.

Quatrième conférence - 28 mars 1919

Comment parler aux morts. Passage de l'abstrait au concret. Rapports de la vie intérieure de l'âme avec la question sociale. Comment représenter l'être spirituel humain. A l'écoute du génie de la langue. L'eurythmie est en rapport très étroit avec l'évolution de notre culture. Le retour à la concrétisation du langage par la représentation imagée, tel est notre devoir au cours de la 5e période post-atlantéenne. La trinité humaine.

Cinquième conférence - 29 mars 1919

Les fondements spirituels de la question sociale. Le rôle de l'inconscient et du conscient dans la vie communautaire des hommes. La nécessité d'une compréhension intérieure de la vie sociale doit être l'objet d'un enseignement à l'école. La culture spirituelle en images de la vie populaire doit remplacer la culture abstraite d'aujourd'hui. La vie inspirée et intuitive des 6e et 7e époques fait déjà l'objet d'impulsions mélangées à notre époque. Le génie créateur du langage, le sens créateur du langage et le sens créateur individuel sont déjà à l'oeuvre. Le langage de la nature. Les trois éléments du langage.

Sixième conférence - 30 mars 1919

La question sociale est une tâche historique mondiale de notre époque. Nous devons nous détacher de nous-mêrnes à l'avenir. Le développement de la personnalité est un obstacle croissant à la compréhension mutuelle entre les hommes. En se détournant de.la vie spirituelle., les hommes tendent au naturalisme de l'art. Le sens animique de l'art. La compréhension sociale naît de l'intérêt que nous portons à ce qui se passe à l'extérieur de nous-mêmes.

Septième conférence - 5 avril 1919

Les idées superficielles engendrent la confusion dans le monde. La vague de confusion est provoquée par Ahriman. Certaines personnes profitent de la confusion et comptent sur elle. Les rapports entre le coeur physique et le coeur éthérique se relâchent depuis l'année 1721. Celui dont la compréhension du monde spirituel reste naïve matérialise le coeur de l'humanité. Le rapport entre le coeur éthérique et le monde spirituel naît de la recherche de la connaissance spirituelle.

Huitième conférence - 6. avril 1919

A l'Est, Bakounine et Gorki ont posé sérieusement la question: qu'est-ce que l'Homme, le surhomme de Nietzsche n'est qu'un leurre. Il est impossible de tirer une connaissance de l'homme de la culture du 19e siècle Les trois aspects de la vie humaine: les dons innés, les relations d'homme à homme, l'expérience. Le caractère individuel de l'homme s'exprime par son expérience acquise, celle-ci permet de le juger.

Neuvième conférence - 11 avril 1919

L'humanité entière se prépare à franchir le seuil. La pensée, le sentiment et la volonté de l'humanité se feront plus distincts. Fritz Mauthner. La science naturaliste doit son développement à son absence de pensées. La vie idéelle n'est qu'un fantôme de la réalité. La volonté de pensée pousse les fantômes de l'âme dans notre inconscient. Le passage du seuil par l'humanité provoque une scission de la vie de l'âme. La triple organisation de l'âme individuelle est conditionnée par la triple organisation sociale.

Dixième conférence - 12 avril 1919

La bourgeoisie de l'Europe Centrale a remplacé les hommes de l'époque de Niebelungen. L'époque de cette bourgeoisie- prend fin actuellement. Les chefs des `principautés territoriales de l'Europe Centrale et leurs vassaux ont vécu leur décadence au milieu de la bourgeoisie en conservant l'âme des Niebelungen. Frédéric le Grand et Goethe. Henri IV et Walther von der Vogelweide. La collaboration de la tendance ahrimanienne de l'industrie moderne, sous la forme de la technique et du capitalisme, avec la race dégénérée des Niebelungen a conduit l'Europe Centrale vers son déclin. Le passage du seuil correspond au franchissement de la porte de la mort.

Onzième conférence - 13 avril 1919

Depuis la fin du 18e siècle, l'humanité porte la triple organisation de l'organisme social dans son subconscient. L'époque de la bourgeoisie de l'Europe Centrale était un reflet d'âme mais il lui manquait l'esprit. La méconnaissance des besoins de l'esprit dans la vie sociale de l'Europe Centrale, le manque d'autonomie de la vie spirituelle, ont provoqué des situations catastrophiques. La science naturaliste, privée de spiritualité depuis le 15e siècle, doit donner lieu à une reconnaissance de l'esprit. Les âmes qui descendent s'incarner depuis le début du 15e sècle ne sont plus attirées par une race humaine mais par des conditions géographiques déterminées. Le mode de penser asiatique projette une lueur claire vers le cosmos. La pensée occidentale donne naissance à des pulsations de vie dans le cosmos.

Douzième conférence - 14 avril 1919

La recherche spirituelle scientifique éveille notre compréhension à l'égard de la question sociale. L'être humain est double. Notre être intérieur vit dans le système métabolique et la partie inférieure du, système rythmique. Le système neuro-sensoriel est voué à une forte extériorisation. L'homme se libère lui-même en développant ses intérêts pour les affaires de l'humanité. La bourgeoisie s'est privée de tout sens social par manque de volonté à l'égard de la question sociale. L'idée de la triple organisation sociale ne peut pas être réalisée à l'intérieur d'une secte. Il ne s'agit pas de songer à des réformes abracadabrantes dans le domaine social, mais d'expliquer largement au monde ce qui s'oppose à l'organisation sociale. La Société anthroposophique doit rayonner puissamment en expliquant les nécessités sociales. Mission de la Suisse.

Informations supplémentaires