Fêtes (Les) de l'année et leur intériorisation

Steiner, Rudolf

PDFImprimerE-mail
Prix TTC
28,00 €
ISBN : 2-88189-206-X
N° de GA : 224
Communication :
Conférences
Traduction : Divers
Édition année : 2006
Nbre de pages : 296
Reliure :
Relié
Format : 12 X 18
Auteur(s) : Steiner, Rudolf
Langue originale :
Allemand
Description

Les deux solstices et les deux équinoxes rythment l'année, marquant les saisons et leurs résonances dans l'homme ainsi que dans son milieu terrestre. Steiner montre ici comment les quatre grandes fêtes - Noël, Pâques, la Saint-Jean, la Saint-Michel - s'appellent et se complètent.

Titre de l'édition antérieure : Les fêtes cardinales et la respiration de la Terre en une année

Les conférences 1, 2, 3, 4, 6 ont paru dans le recueil « Sommeil », aux EAR, 1991. La conférence 9 a paru dans la Revue Triades, 1983. Les conférences 4, 7, 8, 10, 11 sont inédites.

 

 

PREMIÈRE CONFÉRENCE Berne, 6 avril 1923

 

La formation du destin durant le sommeil et la veille - Spiritualité du langage et la voix de la conscience Le souvenir de la vie prénatale chez le petit enfant. Apprentissage de la marche, du langage et de la pensée. Pendant le sommeil le corps astral reflète l'essence psycho-spirituelle du langage, et le Moi l'essence psycho-spirituelle du geste. L'idéalisme sur terre favorise la rencontre du corps astral et des Archanges, l'amour du prochain celui du Moi et des Principautés. Élaboration du karma par le Moi avec l'aide des Principautés. Le karma se tisse pendant le sommeil à partir des expériences de la vie diurne. Compensation karmique et justice universelle. La pensée ne s'arrête pas pendant le sommeil mais ne peut être perçue en l'absence du Moi. Karma et liberté, passé et avenir.

 

DEUXIÈME CONFÉRENCE Stuttgart, 2 mai 1923

 

Le logos individualisé et l'art de dégager l'esprit contenu dans la parole L'aspect du corps éthérique pendant le sommeil sous l'effet des Esprits de la Forme. Effet phosphorescent qui émane des yeux, effet sonore qui émane des oreilles, effet calorique, de la peau. L'inversion des choses au niveau spirituel. Le Logos individualisé comme manifestation des Esprits du Mouvement. Formation d'une colonne opposée à la colonne vertébrale à l'avant de l'homme et de fleurs de lotus sous l'impulsion des Esprits de la Sagesse. La densification de l'apparence des choses par le Christ. Le Logos apparent et le Logos réel. La monade comme réduction du cosmos. Les Anges et la pensée, les Archanges et le système rythmique, les Principautés et le système des membres.

 

TROISIÈME CONFÉRENCE Stuttgart, 21 juin 1923

 

Notre vie de pensée au cours du sommeil - De l'état de veille et de la vie après la mort Le rôle de la pensée face à la voix de la conscience. Les expériences faites pendant le sommeil demeurent dans le subconscient. La pensée ne s'arrête pas pendant le sommeil. Le corps éthérique pense mieux en l'absence du corps astral et du Moi. La dissolution du corps éthérique après la mort. Inversion du cours du temps pendant le sommeil. Évaluation morale des actes quotidiens. Similitude des communautés sur terre et de celles qui se reforment dans le monde spirituel. Le choix du support héréditaire pour la prochaine incarnation. Vision différente des composants de l'homme par la théosophie et l'anthroposophie. L'échec des spirites. Polarité entre l'être nerveux et l'être sanguin. La liberté comme point d'équilibre entre les deux.

 

QUATRIÈME CONFÉRENCE Stuttgart, 4 juillet 1923

 

Critique du langage de Mauthner - Insuffisance de la pensée actuelle Irréalité des mots pour notre âme, selon Fritz Mauthner. La réalité de la parole indiquée par l'anthroposophie : la pensée comme reflétée par le cerveau physique et comme force modelante dans la formation du corps physique ; le sentiment comme manifestation terrestre et comme héritage de la vie préterrestre, dirigé vers l'esprit ; le vouloir comme expérience consciente et élément éternel actif dans le karma. - Le trouble de la pensée ac- tuelle à l'exemple d'un discours de Max Rubner. Exemple chez Albert Schweitzer d'une pensée aiguë mais endormie, dans son oeuvre Déchéance et rétablissement de la culture.

 

CINQUIÉME CONFÉRENCE Stuttgart, 11 juillet 1923

 

Les quatre éléments constitutifs de l'être humain - Le caractère de reflet de la pensée intellectuelle et la réalité de l'expérience morale et religieuse Le cosmos comme source des forces éthériques. Les lois spécifiques du monde éthérique sont diffé-rentes des lois naturelles. Le monde éthérique et la pensée vivante. Pendant le sommeil le corps éthé-rique contient un extrait de l'éther cosmique agis- sant. Les forces astrales agissent de la périphérie cosmique vers l'intérieur. Les bienfaits du sommeil où le corps est à l'abri des forces destructrices du monde astral. Comment redonner vie aux concepts desséchés de l'âme : les facteurs moraux et reli- gieux. Pensée abstraite et pensée vivante. L'électricité comme entrave à la spiritualisation. Pensée intellectuelle et pensée spirituelle.

 

SIXIÈME CONFÉRENCE Prague, 28 avril 1923

 

Trois étapes de l'éveil de l'âme L'apprentissage de la marche, du langage, de la pensée. L'apport des entités de la troisième hiérarchie. Le système neuro-sensoriel et les Anges. Le système rythmique et les Archanges. Le système des membres et les Principautés. Nécessité de cultiver la spiritualité de la pensée, l'idéalisme dans les sentiments, la philanthropie dans les actes. Ces trois facteurs contribuent à l'élaboration du karma. Les dangers d'une paralysie de la pensée, du langage et des forces morales. L'observation de l'apprentissage de la marche est révélatrice des ac- quisitions faites lors des incarnations précédentes. L'apport complémentaire au destin par les entités des seconde et première hiérarchies.

 

SEPTIÈME CONFÉRENCE Prague, 29 avril 1923

 

L'anthroposophie - Vers une compréhension approfondie du mystère de Pâques Transformation de la vie de l'âme humaine au cours de l'évolution. Prolongement de la pensée vivante dans la vie terrestre encore au 4e siècle ap. J.-C. Progression de l'être humain vers la pensée morte dispensant la conscience de la liberté par l'implication de la volonté propre. Prolongement de l'expérience du Christ dans la pensée vivante en tant qu'unique être divin étant venu du monde prénatal, du Soleil, s'incarner sur Terre par la naissance et la mort pour partager le destin de l'humanité. Domination de la crainte devant la mort définitive par le triomphe du Christ sur la mort. Présence de cette connaissance dans la gnose. Incapacité de la comprendre déjà chez Augustin. Disparition actuelle totale de ces connaissances : Jésus comme « simple homme de Nazareth ». Ranke et son étude historique excluant l'événement du Christ. Nécessité de retourner le lien spirituel avec le Christ. Rôle de l'anthroposophie.

 

HUITIÈME CONFÉRENCE Dornach, 7 mai 1923

 

L'idée de Pâques - Le message de l'Ascension - Le mystère de la Pentecôte Contradiction apparente entre l'image de l'ascension et la présence du Christ sur Terre. Dépérissement de la Terre, des plantes, des animaux et de l'homme physique, à partir de leur culmination au milieu de l'Atlantide. Confirmation de la mort minérale par Suess. Aspiration vers le Soleil du corps éthérique humain dépérissant et danger de perte de la capacité de s'incarner. Distribution par le Christ de nouvelles forces au corps éthérique et au corps physique de tous les êtres humains aussi sans leur participation. Expérience vécue par les disciples avec l'image de l'Ascension. Expérience, dans le moi et dans le corps astral et par l'acquisition de la compréhension du Mystère du Golgotha, de la force du Christ dans l'événement de la Pentecôte. Expérience de ces deux images pour tout être humain après la mort.

 

NEUVIÈME CONFÉRENCE Dornach, 24 juin 1923

 

Le regard intense de la Saint-Jean Vie du corps physique dans le rythme quotidien, de l'âme dans l'année et de l'esprit dans l'éternité. Annonce d'une nouvelle époque par la nouvelle di- rection dans la pensée et le sentiment des jeunes générations. Nécessité de l'élargissement de l'horizon spirituel devant l'étroitesse matérialiste. Exemple de la culture artificielle des plantes possi- ble que par l'usage des forces lumineuses ahrima- niennes de la phase solaire qu'est l'électricité. Attitude johannique appropriée à notre temps par l'élargissement des perspectives spirituelles.

 

DIXIÈME CONFÉRENCE Dornach, 13 avril 1923

 

Retour à la source vivante de la parole par l'impulsion du Christ - Michaël et l'appel à la volonté humaine Reflet dans le développement du langage humain de l'évolution des Archanges, les esprits de la langue. La langue comme expression de la volonté jusqu'en Atlantide tardive ; les Archanges re- cueillent leur intuition auprès de la 2e hiérarchie. La langue comme expression du sentiment jusqu'en Grèce ; les Archanges recueillent leur inspiration auprès de la lère hiérarchie. Depuis l'époque romaine, les Archanges puisent leur imagination dans le passé, à défaut de hiérarchie supérieure et, ce fai- sant, dans l'élément ahrimanien. Sensibilité de Herman Grimm pour la transition entre la Grèce et Rome. Possibilité conférée à l'homme par le Mystère du Golgotha de revivifier la langue, de lui redonner les éléments de volonté et de sentiment. Fondement du développement passé sur le commencement de l'Évangile de jean, du développement futur sur la pensée michaëlique.

 

ONZIÈME CONFÉRENCE Berlin, 23 mai 1923

 

Création d'une fête de Michaël à partir de l'esprit - Énigmes de l'âme humaine Marcher, parler, penser chez l'enfant, étudiés par l'observation du sommeil. Évolution de l'homme vers la liberté par l'incarnation dans la matière. Exemple de l'expérience musicale de la septième en Atlantide, de la quinte en Grèce, de la tierce aujourd'hui. Rétrospective spirituelle en chaque sommeil des actes, paroles et pensées de la veille. Constitution du contenu de la vie dans la mort, après le dépôt du corps éthérique. Collaboration dans le monde spirituel à l'édification du nouveau corps physique, et incorporation du karma. Reflet de la vie parmi les Archées dans l'apprentissage de la marche, de la manifestation des Archées dans l'apprentissage du langage, de la concentration du corps éthérique dans l'apprentissage de la pensée. Création d'une nouvelle fête de Michaël à partir de l'esprit. Destination de cette fête à la résurrection de l'élément spirituel en l'être humain en vue de son franchissement correct du seuil de la mort. Pâques, fête de la mort et de la résurrection. Signification sociale de la fête michaëlique.

Informations supplémentaires