Où et comment trouver l’esprit ?

Steiner, Rudolf

PDFImprimerE-mail
Prix TTC
38,00 €
ISBN : 2-88189-261-5
Info livre
N° de GA : 57
Traduction : Jenni, Jean-Marie
Communication :
Conférences
Édition année : 2014
Nbre de pages : 350
Reliure :
Relié
Format : 12 X 18
Langue originale :
Allemand
Description

18 conférences faites à Berlin, Maison des Architectes

du 15 octobre 1908 au 6 mai 1909

OÙ ET COMMENT TROUVER L’ESPRIT ?, Berlin, 15 octobre 1908

- La science de l’esprit conduit à la connaissance de l’esprit et à la vie pratique. La matière est formée par l’esprit. Pas d’intérieur ni d’extérieur pour l’esprit. Le psychisme, expérience intérieure. Le corps physique, une densification du corps éthérique et celui-ci une densification du corps astral. Contemplation directe de l’esprit par l’initiation. Les trois degrés de la connaissance supérieure : imagination, inspiration et intuition. La rose-croix, symbole de la voie par laquelle l’être humain s’élève vers la pureté. Première trace de l’expérience de l’esprit. Développement des organes permettant l’expérience d’un monde spirituel.

LA RÉVÉLATION OCCULTE DE GOETHE, ASPECT EXOTÉRIQUE

Berlin, 22 octobre 1908

- Goethe et Schiller à propos de la plante originelle. Pensées de Fichte, Schopenhauer et Hegel contenues dans la vision de Goethe. Goethe savait que l’homme peut éveiller en lui des organes de l’esprit. Le second Faust contiendrait beaucoup d’énigmes. Les plus profondes connaissances spirituelles de Goethe dans le conte du serpent vert. Ce conte en réponse aux lettres esthétiques de Schiller. Forces trop riches en l’âme de Goethe pour être enserrées dans les lois de la nature et de la logique. Le conte est une image du développement de l’âme.

LA RÉVÉLATION OCCULTE DE GOETHE, ASPECT ÉSOTÉRIQUE

Berlin, 24 octobre 1908

- Principe de l’initiation : l’être humain accède à toujours davantage de connaissance par son développement. Pour Goethe la découverte des énigmes du monde repose sur le recours à l’âme humaine dans son ensemble. Purification de la pensée et du sentiment pour atteindre l’objectivité. L’accomplissement par la purification de la volonté. Signification des rois dans le conte de Goethe. Signification des figures et des éléments du conte.

BIBLE ET SAGESSE I, Berlin, 12 novembre 1908

- La Bible en tant que puissant moyen d’éducation de l’âme. Bouleversement dû à l’approche critique de la Bible. La Bible, autrefois texte d’origine divine. Point de vue critique reposant sur l’histoire et la science. Capacité de l’être humain de percevoir le monde spirituel au-delà du voile sensoriel. Origine spirituelle de l’être humain. L’investigateur de l’esprit et la conscience imagée. La Bible présente le développement psychique et spirituel de l’être humain. La création passe des Élohim à Yahvé qui prononce « je suis » dans l’intériorité de l’homme. Les quatre degrés de compréhension de la Bible : naïf, critique, mythiquesymbolique et littéral.

BIBLE ET SAGESSE II, Berlin,14 novembre 1908

- Baur et Gfrörer, dispute sur l’auteur de l’Évangile de Jean. Les habitudes de la pensée actuelle et la figure simple universelle du Christ. Paul, Moïse et leur expérience suprasensible. Parties constitutives humaines issues d’entités spirituelles. Les Élohim et les parties inférieures, Yahvé et le moi. Mémoire autre7 fois continue des générations. Moïse, rupture avec la mémoire générationnelle. Apparition des lois extérieures. Connaissance de Dieu par les moyens suprasensibles de l’initiation. Vision du « je suis le je suis ». Lazare, premier initié du Nouveau Testament. Jean l’évangéliste, l’initié le plus profond. La nouvelle science de l’esprit et la capacité de regarder le Christ en face.

LA SUPERSTITION DU POINT DE VUE DE LA SCIENCE DE L’ESPRIT

Berlin, 10 décembre 1908

- Superstitions d’aujourd’hui, modes et slogans. Rythmes importants, exemple de la pneumonie. Sagesse paysanne. Pierre philosophale et respiration. La sagesse de Raymond Lulle. Sagesse théosophique et H. P. Blavatsky. Superstition, résultat de l’incapacité de regarder l’origine spirituelle des choses. Se sauver de la superstition par l’élévation du point de vue et le regard porté sur les fondements spirituels du monde.

L’ALIMENTATION À LA LUMIÈRE DE LA SCIENCE DE L’ESPRIT

Berlin, 17 décembre 1908

- L’esprit derrière la matière. Alimentation par la nourriture et l’esprit qu’elle contient. Comment s’alimenter pour devenir maître de ce qui se passe en soi ? Organes du corps physique pour la reproduction et l’alimentation ; les organes expression du corps éthérique, expression du corps astral et expression du moi. Opposition entre plante et homme. La plante se construisant de la lumière solaire, le corps astral fait de lumière spirituelle. Rôles opposés des lumières intérieure et extérieure. Alimentation végétale détruite par le corps astral, transformée et incorporée au système nerveux. Alimentation animale aux effets différents sur l’être humain, le processus y étant déjà partiellement accompli. Effets de la nourriture et de l’alcool sur l’être humain.

LA SANTÉ À LA LUMIÈRE DE LA SCIENCE DE L’ESPRIT

Berlin, 14 janvier 1909

- À chacun sa santé. Allopathie, homéopathie, naturopathie, médecine officielle. Nature individuelle de l’être humain. Action destructrice des forces inutilisables en l’être humain. Importance du plaisir de s’alimenter et de travailler. Effets sur le corps physique d’affections du psychique et du spirituel. Image du monde suprasensible et activité adéquate de l’esprit. Représentations désordonnées et destruction de l’organisme. Saine vision du monde et saines actions. Joie, plaisir et santé.

TOLSTOÏ ET CARNEGIE, Berlin, 28 janvier 1909

- Tolstoï, né riche, prône la vanité des biens extérieurs. Carnegie, né pauvre, atteint la plus haute richesse extérieure. Tolstoï, la vanité de la vie et la guerre de Crimée, ses voyages et ses grands romans. Recherche par des conflits intérieurs à pénétrer l’âme du Christ et négation du présent. Carnegie, capitaine d’aciéries, l’évangile de la richesse : la richesse au profit du salut de l’humanité. La vie pratique et l’approfondissement de l’esprit par la science de l’esprit. Tolstoï proche de l’intériorité de l’âme mais pas de l’impulsion la plus intime prônée par Carnegie. Véritable but de la vie et connaissance par la science de l’esprit.

CULTURE PRATIQUE DE LA PENSÉE, Berlin, 11 février 1909

- L’encapsulement de la pensée et l’oubli des grands contextes. Éducation de la pensée objective. Intérêt pour le monde alentour. Joie et amour dans l’action et satisfaction dans la pensée même. Joie et amour indépendants du succès. Les actes accomplis en vue de la satisfaction de la pensée donnent des forces de vie et haussent la culture. Confiance en l’organe intime de la pensée. Accès aux plus hauts domaines de la vie de l’esprit par l’éducation de la pensée. Pensée appliquée à la vie pratique.

LES CONSTITUANTS INVISIBLES DE L’ÊTRE HUMAIN ET LA VIE PRATIQUE

Berlin, 18 février 1909

- Honte, crainte, rougir et pâlir, signes dans le domaine sensoriel de l’action du suprasensible. L’architecte du cerveau et la capacité de penser. Les quatre constituants de l’être humain. Hiérarchie des parties de la constitution humaine. Jugement et voix de la conscience. Action irrégulière du moi sur les parties constitutives inférieures et déformations. La vie de l’esprit et ce qui rend l’être humain adapté ou non à la vie pratique.

LE SECRET DU TEMPÉRAMENT HUMAIN, Berlin, 4 mars 1909

- La plante descend de sa plante-mère ; l’animal parcourt dans le ventre de sa mère les étapes de son espèce. L’être humain développe son individualité. Union en l’homme du courant psychique-spirituel avec le corps physique par le tempérament. Correspondance des tempéraments avec les quatre corps constitutifs de l’être humain. Dangers des excès de chaque tempérament. Les attitudes bienfaisantes envers chaque tempérament.

LES ÉNIGMES DU FAUST DE GOETHE, ASPECTS EXOTÉRIQUES

Berlin, 11 mars 1909

- Faust et les diverses étapes du devenir de Goethe. Besoin brûlant de connaissance dans le premier Faust. Besoin élucidé par la vision de la nature et de l’art en Italie. Grâce à Schiller l’être de Faust se place dans le monde spirituel d’où il est aspiré dans le monde. Le second Faust, parcours dans le grand univers et développement intérieur. Union de l’âme humaine avec l’esprit du monde. Goethe, Trithemius et Agrippa de Nettesheim. Méphisto le tentateur : intérieurement Lucifer, extérieurement Ahriman. Figure tardive de Hélène dans la vie de Goethe. Faust, expression profonde des expériences de l’âme de Goethe.

LES ÉNIGMES DU FAUST DE GOETHE, ASPECTS ÉSOTÉRIQUES

Berlin, 12 mars 1909

- Goethe et la connaissance du monde suprasensible. L’esprit retentissant, la vie dans le chatoiement des couleurs. Faust au règne des mères. Nuit de Walpurgis et Homonculus représentant du corps astral et son enseignement par Thalès et Anaxagore. Éros et le parachèvement. Apparition d’Euphorion par l’union de l’âme humaine avec l’esprit. Faust dans les griffes de l’histoire. Abandon des enveloppes d’égoïsme. Souci extérieur et lumière intérieure. Montée dans le monde spirituel, attrait de l’éternel féminin, force de l’âme fécondée par le monde spirituel.

NIETZSCHE À LA LUMIÈRE DE LA SCIENCE DE L’ESPRIT

Berlin, 20 mars 1909

- Labilité du corps éthérique de Nietzsche. Sa force de pensée géniale et mobile. Sa vie, plus dans la culture humaine que dans le quotidien. Destin de Nietzsche, ses joies et ses douleurs devant la culture du 19e siècle. Schopenhauer et Wagner. L’énigme grecque pour Nietzsche. Des hommes dionysiens aux hommes apolliniens. Son ignorance des mystères orphiques et éleusiniens. Il s’élève contre David Friedrich Strauss et se détourne de Wagner. Son idée de l’éternel retour par opposition à Dühring. Le surhomme dans Ainsi parlait Zarathoustra. Les blasphèmes dans l’Antéchrist et la Volonté de puissance. La science de l’esprit seule capable de comprendre le christianisme en profondeur. Incapacité de Nietzsche, en l’absence de la science de l’esprit, d’élucider les énigmes de son tourment.

ISIS ET LA MADONE, Berlin, 29 avril 1909

- Le règne des mères dans le Faust de Goethe, réalité spirituelle. Épuration de l’âme. La Madone Sixtine, image de l’âme humaine née du monde spirituel divin. Cette âme, dont naît la plus haute forme de l’être humain : sa naissance spirituelle. Antiques images de la madone ; Déva indienne avec l’enfant Krishna ou Isis avec l’enfant Horus, fils d’Osiris. L’âme dans le royaume d’Osiris après la mort et pendant la vie pour l’initié. Autrefois royaume du passé de l’être humain en tant qu’entité psycho-spirituelle. L’enveloppe physique et la disparition d’Osiris du monde extérieur. Isis fécondée par le monde spirituel et enfantant Horus. Madone, image de la fécondation de l’âme humaine par l’esprit du monde.

L’ANCIENNE CLAIRVOYANCE EN EUROPE Berlin, 1er mai 1909

- Conscience actuelle et conscience de rêve. Héritage de l’ancienne clairvoyance : rêve, vision, pressentiment et seconde vue. Perte du rapport au monde extérieur dans le rêve. Vision, immersion dans le corps astral et images du monde supérieur. Pressentiment, immersion dans le corps éthérique. Immersion pure et prescience de la réalité. Percement de l’espace par l’immersion dans le corps physique. Mythes et légendes, images d’anciennes expériences de la conscience clairvoyante. Passage d’une conscience à l’autre dans les légendes de Polyphème, de Lorelei et du Sphinx. Wotan. L’édification de la conscience de soi, les dieux compagnons de l’être humain. Le Crépuscule des Dieux. Conscience personnelle forte dans les anciens peuples européens et accueil du dieu personnel, le Christ.

LES MYSTÈRES EUROPÉENS ET LEURS INITIÉS, Berlin, 6 mai 1909

- Expériences d’initiés dans les centres de mystères. Les druides. L’âme Ceridwen et l’esprit Hu. La légende de Siegfried et les drottes. Le cercle des douze, douze attributs de l’âme ; le treizième représentant de dieu : l’organisme supérieur accueillant un être supérieur. Graal, expression du mystère du Christ. Wolfram d’Eschenbach : passage de l’âme naïve par le doute à l’état de Saelde, à la vie dans le monde spirituel. Lohengrin l’initié et Elsa, l’âme en recherche. Christianisme ésotérique dans les mystères. Légende de Flore et Blancheflore, l’âme du monde et l’âme humaine. Flore réincarné aux 13e et 14e siècles, fondation de la nouvelle école des mystères du rosicrucisme. Grands poèmes de Goethe inspirés à la source du rosicrucisme.

Informations supplémentaires