Formation du destin

Steiner, Rudolf

PDFImprimerE-mail
Prix TTC
28,00 €
ISBN : 2-88189-196-9
N° de GA : 157
Communication :
Conférences
Traduction : Villetet, Claudine
Édition année : 2005
Nbre de pages : 218
Reliure :
Relié
Format : 12 X 18
Auteur(s) : Steiner, Rudolf
Langue originale :
Allemand
Momentanément indisponible
Description

PREMIÈRE CONFÉRENCE Berlin, 16 novembre 1915

vie spirituelle dans le monde physique et la vie entre la mort et une nouvelle naissance L'actualité des questions concernant le monde spirituel. Le caractère englobant du monde spirituel et de l'être humain-microcosme opposé au savoir terrestre qui leur est attaché. La vie entre la mort et une nouvelle naissance et la brièveté de la vie terrestre. L'individualisation ordonnée de la substance universellement humaine offerte par le courant héréditaire au moment de l'entrée dans la vie terrestre ; nécessité d'une représentation continue du moi pour une saine vie diurne. Ordonnancement de la vie après la mort. Maintien de la conscience du moi par le caractère particulier de la rétrospective de la vie. L'importance du moment de la mort pour le renforcement de la conscience du moi. L'étude du sommeil selon la science de l'esprit, son rapport avec le kamaloca et sa durée. La mémoire post-mortem de ce qui a été élaboré pendant le sommeil. Caractère de la vie après la mort pour ceux qui meurent jeunes; l'aide qu'ils apportent aux âmes prêtes à s'incarner, leur regard rétrospectif porteur d'une lumière spirituelle plus intense. Signification de ces si nombreuses morts de jeunes gens pour l'évolution de l'humanité rafraîchissement de la vie spirituelle pour l'avenir.

DEUXIÈME CONFÉRENCE Berlin, 18 novembre 1915

Les effets de la dernière vie terrestre et leur métamorphose en forces pour la prochaine incarnation - La mort de Sophie Stinde, qui dirigeait la Branche de Munich. - La recherche nécessaire d'aspects plus profonds des graves évènements contemporains. Comparaison avec les grands combats du début du Moyen-âge: modelage de l'Europe pour les siècles suivants sur le plan politique, culturel et spirituel. Comparaison de la force spirituelle du christianisme des catacombes avec la force du travail spirituel intime qu'il convient actuellement de cultiver. Importance et mission de la vie des branches anthroposophiques. - Naissance de la conscience du moi après la mort par le «choc » du vécu contemplé dans le tableau de vie, pendant du choc avec le corps physique au cours de la vie terrestre. La vie dans le kamaloca l'adaptation à un monde psychique substantiel devenu expérience intérieure de l'être humain. La connaissance des autres âmes. L'expérience rétrograde des conséquences des actes terrestres passés. Développement des forces nécessaires à la compensation karmique. - Vie active tournée vers l'extérieur, vie plus intériorisée: leur rapport avec la mort avant et après la 35e année dans la dernière vie terrestre. Floraison et mort dans l'histoire de l'humanité: les morts innombrables, graines d'une floraison spirituelle future.

TROISIÈME CONFÉRENCE Berlin, 20 novembre 1915

Les fondements de la vie de l'âme et la vie spirituelle après une mort prématurée - L'intégration des différents composants de l'être humain aux époques post-atlantéennes. La formation de l'âme de conscience actuellement par le nouveau lien du moi avec le corps physique.L'occultation des sagesses profondes du corps éthérique, du savoir clairvoyant du corps astral et des forces de clairvoyance suprêmes du moi véritable ; l'évolution de l'homme: conquête personnelle et élaboration de ces forces. - La signification des nombreuses vies sacrifiées. La restitution des forces du corps éthérique, du corps astral et du moi qui n'ont pu se manifester dans la vie terrestre. La différence du concept « être » dans la vie terrestre et dans la vie après la mort: là-bas, il n'existe que ce qui est porté activement au stade de l'Imagination ; l'être du terrestre, constitué d'objets, représente dans l'au-delà un obstacle. Idéalisme dans le monde terrestre : force contre le matérialisme, témoignage d'une réalité qui n'existe pas, mais qui doit être engendrée pour répondre à une nécessité morale. Les âmes de ceux qui se sont sacrifiés sont les « idéalistes du monde spirituel » messagers de la haute mission spirituelle de la vie terrestre. Leur lien avec ce qui est universellement humain sur terre, également pendant la vie après la mort. Conséquences d'une mort sacrificielle dans une incarnation suivante. L'avenir de la terre dépend des fruits de ces sacrifices.

QUATRIÈME CONFÉRENCE Berlin, 7 décembre 1915

Lien entre le monde spirituel et le monde physique, eu égard à la vie après la mort - La profonde métamorphose induite par la mort dans le rapport que nous entretenions avec un être humain. La différence entre le souvenir d'un évènement terrestre et celui d'un défunt. Comment le défunt perçoit le monde terrestre, les âmes qui lui sont liées et les souvenirs de lui qu'elles nourrissent. La question de la signification de ces derniers pour le défunt. Vivre avec une grande question. La nature de la représentation artistique: faire pénétrer magiquement l'esprit dans le cours nécessaire des choses terrestres. Correspondance interne de ce geste pour les défunts : l'expérience qu'ils font, au sein des lois qui les gouvernent, des souvenirs que nourrissent pour eux les hommes terrestres une lumineuse beauté. Le lien profond qui unit le monde terrestre et le monde spirituel. - Le «savoir» global du corps astral comparé au savoir et aux intentions de la conscience de surface. L'action de l'Ange gardien dans le corps astral. La frontière ténue, mouvante, entre le règne de la sagesse supérieure et les objectifs conscients de l'être humain. Dangers qui menacent la conduite de la vie quand l'égoïsme pénètre dans les couches profondes du corps astral. Surmonter l'égoïsme par l'élargisement du champ de ses intérêts et la discipline spirituelle. Le «vieillissement» du corps physique et le "rajeunissement" du corps éthérique.

CINQUIÈME CONFÉRENCE Berlin, 14 décembre 1915

Les impulsions subconscientes de l'âme L'homme double : d'une part, conscience ordinaire donnée par l'instrument physique, d'autre part, conscience plus profonde établissant des liens, portée par un «spectateur intérieur»; frontière mouvante entre les deux. Le souvenir dans la conscience ordinaire et sa métamorphose lorsqu'il se relie à l'homme des profondeurs. Commentaire de la nouvelle «Le Conseiller Eysenhardt» de A. v. Berger: exemple de la quête actuelle du monde de l'esprit et de la possibilité de discerner des correspondances intimes, parallèle au refus d'aller plus loin affirmé par la littérature. - Les deux voies vers l'esprit: traversée du voile extérieur qui recouvre les phénomènes de la nature, plongée dans le processus de formation des perceptions, ou bien percée du voile qui recouvre la vie de l'âme. Lien entre affermissement spirituel et processus de mort ; la corporéité, «terme des chemins de Dieu» (Oetinger) et point de départ de la vie future. La mission du temps présent est de saisir les correspondances spirituelles ; les obstacles restent subconscients peur de l'esprit, refus de se laisser prendre par des forces suprasensibles.

SIXIÈME CONFÉRENCE Berlin, 19 décembre 1915

L'idée centrale de Noël et le Mystère du « moi » - Inimitiés entre les hommes, idée du lien unificateur avec le Christ Jésus. - Le rapport entre le récit de la Création et le Mystère de Noël. La légende de l'Arbre de la connaissance et du bois de la croix. La métamorphose du principe luciférien, qui est entré à l'impromptu dans l'histoire de la terre et de l'humanité, par le Mystère du Golgotha. Le mystère du « moi », qui reste dans le monde spirituel après la toute petite enfance. L'humanité se souvient de cette part divine et humaine dans la fête de Noël, célébrant l'enfant cosmique. Genèse des jeux de Noël, leurs représentations. - Un livre de Haeckel. Le penser actuel peut conduire à l'absurdité de l'existence terrestre comme au sens spirituel de la terre. Force de l'enfance présente chez certains êtres ; J. G. Fichte. L'impulsion que donne la pensée de Noël.

SEPTIÈME CONFÉRENCE Berlin, 21 décembre 1915

Les ténèbres de la vie spirituelle contemporaine et les friches de la pensée à notre époque - Introduction à la récitation du «Songe d'Olaf Asteson». - Forces de mort et germe de vie au coeur de l'être humain. La sombre culture contemporaine sur le plan de la connaissance spirituelle : foi en l'autorité des scientifiques spécialisés ; penser en friches ; caractère borné du criticisme ; absurdité de la «Critique de la langue» de F. Mauthner ; absurdité de sa théorie des sens arbitraires ; le caractère fat de ce penser ; intervention conjuguée de Lucifer et dAhriman en ce domaine. Nécessaire intégration du devenir dans le penser figé. L'événement du Christ. Paul. La pensée matérialiste historique affirme que l'événement du Christ ne peut pas être prouvé ; on ne peut en faire que l'expérience spirituelle. Le Mystère de Noël. La nouvelle de A. Stifter "Bergkristall" (Cristal de roche)

Informations supplémentaires