Mythes et légendes. leurs vérités occultes

Steiner, Rudolf

PDFImprimerE-mail
Prix TTC
28,00 €
ISBN : 2-88189-188-8
N° de GA : 92
Communication :
Conférences
Traduction : Villetet, Claudine
Édition année : 2004
Nbre de pages : 254
Reliure :
Relié
Format : 12 x 18
Auteur(s) : Steiner, Rudolf
Langue originale :
Allemand
Description

MYTHOLOGIE GRECQUE ET GERMANIQUE

PREMIÈRE CONFÉRENCE Berlin, 24 juin 1904

Bien et Mal.

Les événements du monde physique, ombres de ce qui se passe sur un plan supérieur. Le Bien et le Mal: respectivement, ce qui est en concordance avec l'évolution humaine et ce qui ne l'est pas. L'introduction du christianisme chez des peuples où le niveau d'évolution a été respecté. L'Islam monothéiste, dont la fondation s'oppose aux formes religieuses existantes, mais se rattache à la pensée scientifique naissante. Echo de l'antique culture atlantéenne du Tao dans la religion chinoise ; le chaman Attila, représentant intempestif de cette culture.

DEUXIÈME CONFÉRENCE Berlin, 1er juillet 1904

Lecture dans la Chronique de l'Akasha. Wolfram von Eschenbach.

Une condition pour lire dans la Chronique de l'Akasha : la faculté d'exclure le « moi » du processus du penser. L'exercice de cette faculté par les moines du Moyen-Age. Wolfram von Eschenbach, poète inspiré. Copernic et le passage à l'observation scientifique du monde physique. La signification des « maîtres » et de leurs messagers. Le sens occulte de la légende de Lohengrin et sa représentation par Richard Wagner.

TROISIÈME CONFÉRENCE Berlin, 8 juillet 1904

Sacramentalisme. Dédale et Icare.

La signification de la légende de Dédale et d'Icare, de Talos et de Thésée. La fondation de Rome et les sept rois romains. L'essence du sacramentalisme. La naissance et l'action sacramentelle du feu.

QUATRIÈME CONFÉRENCE Berlin, 15 juillet 1904

Mythologie germanique.

La signification de la mythologie nordique et de la mythologie celtique. Le mélange des lignées au temps des Hyperboréens, des Lémuriens et des Atlantes. Les trois initiés nordiques Wotan, Wili et We. Le sens des mythes germaniques. Nifelheim et Muspelheim. L'apport celtique: la légende du roi Arthur, de sa Table Ronde et du magicien Merlin. Loki, dieu des passions et Hagen, l'être humain inspiré par Loki. Le chemin qui mène à la personnalité, avec l'exemple de l'amour. Wolfram von Eschenbach, l'initié qui présente la légende de Parzival. L'union de l'élément germanique avec le christianisme.

CINQUIÈME CONFÉRENCE Berlin, 22 juillet 1904

Réincarnation.

La théorie indienne de la métempsycose. La fable de Bouddha et le Lièvre. Les fables, préparation à l'accueil de la science de l'esprit dans une incarnation ultérieure. L'évolution de l'homme de la première à la quatrième ronde. Minéraux, plantes et animaux sont laissés à des degrés inférieurs d'existence, leur élévation par l'être humain.

SIXIÈME CONFÉRENCE Berlin, 30 Septembre 1904

Les mystères des druides et des drottes.

Drottes ou druides : antiques initiés germaniques. Les trois degrés de l'initiation. L'Edda, récit de ce qui s'est réellement passé dans les antiques mystères des drottes. Les prêtres-druides, constructeurs de l'humanité ; pâle reflet dans les conceptions franc-maçonniques.

SEPTIÈME CONFÉRENCE Berlin, 7 octobre 1904

La légende de Prométhée.

On peut interpréter les légendes au niveau exotérique, allégorique et occulte. L'interprétation de la légende de Prométhée comme représentation, issue des mystères, de l'histoire de l'humanité postatlantéenne. L'époque lémurienne, atlantéenne et postatlantéenne. La découverte du feu, Prométhée, représentant de l'époque postatlantéenne. Le penser kama-manasique d'Epiméthée et le penser manasique de Prométhée, guide initié, en sagesse et en acte, de l'humanité postatlantéenne.

HUITIÈME CONFÉRENCE Berlin, 14 octobre 1904

La légende des Argonautes et l'Odyssée.

La première impulsion pour le développement de l'intellect dans la cinquième culture atlantéenne ; Le renouveau de cette impulsion dans la civilisation grecque ; l'aspiration des philosophes grecs à une sagesse sans amour. La préservation de la sagesse imprégnée d'amour dans les mystères grecs. L'expression de ce combat dans la légende des Argonautes. Les grands traits de l'Odyssée, images des degrés initiatiques parcourus par les disciples dans les mystères grecs.

NEUVIÈME CONFÉRENCE Berlin, 21 octobre 1904

La légende de Siegfried.

L'atmosphère d'attente dans laquelle vivaient les peuples nordiques vers le tournant des âges. Le secret qui entourait les mystères et l'injuste condamnation à mort de Socrate. La doctrine de la mort qui conduit à la vie véritable - chez les anciens Germains et chez Bouddha. L'initiation druidique. Siegfried a préparé le christianisme. Quelques passages de la légende de Siegfried et sa signification.

DIXIÈME CONFÉRENCE Berlin, 28 octobre 1904

La guerre de Troie

Jusqu'au début de l'époque postatlantéenne, les guides de l'humanité étaient des « Manus », des êtres supra-humains qui avaient accompli leur évolution spirituelle sur d'autres planètes. A partir
de la sixième race-mère, des êtres humains peuvent devenir à leur tour des « Manus ». La
souveraineté sacerdotale est remplacée par la souveraineté royale : c'est la légende de la guerre de
Troie. D'autres points de cette légende illustrent la descente de l'humanité sur le plan physique. Les
mystères protégés par le secret.



RICHARD WAGNER À LA LUMIÈRE DE LA SCIENCE DE L'ESPRIT

PREMIÈRE CONFÉRENCE Berlin, 28 mars 1905

L'humanité est guidée par les grands initiés ; Jakob Bdhme, un exemple de leur influence. Richard Wagner se proposait, en fondant les mythes dans un art total, d'élever l'humanité pour lui permettre d'échapper à la noyade dans le matérialisme. Il partit des légendes entourant Charlemagne et Barberousse. Les drames musicaux de Wagner illustrent le passage de l'antique culture clairvoyante à celle de l'entendement et de la conscience de soi.

DEUXIÈME CONFÉRENCE Berlin, 5 mai 1905

 

Le passage de l'ancienne clairvoyance astrale à la sagesse rationnelle. L'illustration de cet événement dans les anciennes légendes germaniques et dans certains passages de LAnneau des Nibelungen de Wagner. La quadruple initiation de Wotan. Loki et Baldur, représentants des royaumes lunaire et solaire.

TROISIÈME CONFÉRENCE Berlin, 12 Mai 1905  161

Quatre époques préliminaires dans l'histoire nordique et germanique, correspondant aux quatre civilisations de l'espace méditerranéen. La naissance du «moi » à la cinquième époque. La représentation de cet événement dans la Tétralogie de Richard Wagner. Quelques scènes et leur signification ésotérique. La question de la bisexualité dans Tristan et Isolde. Le dépassement de ce problème dans l'amour christique. Allusion à Parsifal.

QUATRIÈME CONFÉRENCE Berlin, 19 mai 1905


Le rapport de Richard Wagner à la mystique. Le drame qu'il avait ébauché: Les Vainqueurs. Le thème du sacrifice de la jeune fille dans Le pauvre Henri de Hartmann von Aue et dans les drames de Wagner. Le motif de Tannhâuser. L'impulsion culturelle donnée par les premiers Sémites. La légende de Parsifal chez Wolfram von Eschenbach et chez Richard Wagner. L'impulsion pour une réunification future de l'art, de la religion et de la science dans l'oeuvre de Richard Wagner.

CONFÉRENCE à Cologne, 3 décembre 1905

Parzival et Lohengrin. La religion des druides est surpassée par le christianisme: Bonifatius abat le chêne Donar. Le caractère tragique des légendes qui entourent Siegfried. Frédéric Barberousse et la quête du Saint Graal. Parzival, initié du Graal, Son fils Lohengrin, fondateur de la culture citadine.

CONFÉRENCE PUBLIQUE
Nuremberg, 2 décembre 1907


Richard Wagner et son rapport à la mystique. Richard Wagner, un authentique mystique. Sa conception de la musique comme révélation d'un autre monde. La musique des sphères, une réalité spirituelle. L'idée wagnérienne de « l'oeuvre d'art total ». Le passage de la conscience clairvoyante des anciens Atlantes à la conscience rationnelle et à la conscience du « je » à l'époque moderne. Le début de L'Or du Rbin. La conscience végétale, dépourvue de passions de l'homme atlantéen et le retour futur de cet état de conscience à un degré supérieur.

Informations supplémentaires