Homme (L') terrestre et l'homme cosmique

Steiner, Rudolf

PDFImprimerE-mail
Prix TTC
24,00 €
ISBN : 2-88189-226-4
N° de GA : 133
Communication :
Conférences
Traduction : Jenni, Jean-Marie
Édition année : 209
Nbre de pages : 198
Reliure :
Relié
Format : 12 X 18
Auteur(s) : Steiner, Rudolf
Langue originale :
Allemand
Description

PREMIÈRE CONFÉRENCE Berlin, 23 octobre 1911

Manifestation estivale à Munich : représentation théâtrale et présentation du cycle de conférences « Weltenwunder, Seelenprüfungen, Geistesoffenbarungen », (GA 129 Dionysos et la conscience du moi, merveilles du monde...). Introduction de la vie spirituelle dans l’art. Projet d’édifice à Munich. La maison de la Branche à Stuttgart. Suppression du congrès de Gènes et conférences tenues ailleurs. Fondation de la Loge Christian Rose-Croix à Neuchâtel. Vérités sur l’apparition du Christ impossibles à communiquer sans le travail occulte occidental accompli du 12e siècle à nos jours. Comment la vision orientale de la théosophie ne peut pas trouver le Christ. L’action de H. P. Blavatsky. Son insuffisance à comprendre le christianisme. Successeur de Bouddha : futur Maitreya-Bouddha. Confusion chez Blavatsky puis Annie Besant entre Jeshu ben Pandira et Jésus de Nazareth. Unique incarnation possible du Christ. Le courant de la science de l’esprit et son lien avec le mouvement rosicrucien.

 

DEUXIÈME CONFÉRENCE Berlin, 19 mars 1912

L’intervention du monde spirituel dans le monde des humains aux temps reculés, présentée à partir des contes de Martin Buber : « Histoires chinoises d’amours et d’esprits ». Passage de la procréation asexuée à la procréation sexuée. Peuple chinois en tant que réminiscence d’anciennes races atlantéennes. La poésie chinoise et les réminiscences d’époques précoces de l’Atlantide. Spiritualité figée dans la vie spirituelle chinoise. Tâche de la culture chrétienne occidentale. Conditions d’une recherche spirituelle sérieuse.

 

TROISIÈME CONFÉRENCE Berlin, 26 mars 1921

Intolérance de l’esprit matérialiste. Compréhension des lois naturelles par la raison et l’entendement, compréhension des lois du hasard par le sentiment. Le hasard apparent et ses lois. Exemple éclatant de l’intervention de soi disant hasards dans la vie humaine. Collision de deux mondes dans la vie humaine. Le courant spiritualiste et le courant matérialiste. Exigence de courage pour mettre du sens dans les faits du hasard. La dissertation de Richard Eriksen sur « Le lien du moi avec la pensée » et le chapitre sur le rapport de Goethe avec la science naturelle, dans la biographie de Bielschovsky. Les lois naturelles comme actes des Exousiaï. « …car il enseignait comme enseignent les Exousiaï » (Marc 1,22). La grande impulsion pascale de l’humanité.

 

QUATRIÈME CONFÈRENCE Berlin, 23 avril 1912

Le calendrier de l’âme anthroposophique 1912-13. La fête pascale en rapport avec la naissance de la conscience de soi. Apparition du Kalevala. Les trois héros du Kalevala, inspirateurs des trois forces de l’âme humaine : Wäinämöinen pour l’âme de sensation, Ilmarinen pour l’âme d’entendement et de sentiment, Lemminkäinen pour l’âme de conscience. L’être humain envoyant sur terre le règne animal devant lui. Les forgerons du Sampo, le corps éthérique, forgé par les trois forces de l’âme et s’exprimant dans le corps physique. Délicate annonce du christianisme dans les dernières runes du Kalevala. Ouverture toujours plus grande de l’âme humaine aux mondes spirituels. Le propre de la 4e période de civilisation est l’impact du mystère du Golgotha. Moi luciférien et moi chrétien. Esprit régnant dans la science des religions comparées. Tâche de la théosophie dans le présent.

 

CINQUIÈME CONFÉRENCE Berlin, 2 mai 1912

Le sens du progrès de toute l’humanité. Participation des individualités au progrès général par leurs retours successifs dans les incarnations. Différence de l’idée de réincarnation et du karma dans la culture orientale pré-chrétienne et dans la culture chrétienne. Vision orientale portant le regard sur les individualités en développement, et vision occidentale regardant l’importance des personnalités et de leurs vies particulières. Perspective importante : observation des personnalités en tant qu’individualités passant de vie en vie. Les prophéties chrétiennes successives d’Élie, Jean-Baptiste, Raphaël et Novalis. Herman Grimm à propos de l’oeuvre de Raphaël, « Cinq Pâques » d’Anastasius Grün dans son œuvre intitulée Schutt.

 

SIXIÈME CONFÉRENCE Berlin, 14 mai 1912

Question du sens de la vie et du but de la Terre. Étonnement et émerveillement à la source de toute philosophie. Trois impulsions faisant se dépasser l’homme : étonnement et émerveillement ; compassion et participation ; voix de la conscience. Mission de la terre de développer ces trois impulsions. Apparition de l’étonnement et de l’émerveillement à l’époque grecque. Impulsion de la compassion et de la participation au cours du 6e siècle avant notre ère. Aiguisement de la conscience spirituelle. Le Christ en lien avec l’atmosphère terrestre. Substance sublime restant après le terme de l’évolution terrestre. Les trois en8 veloppes de l’impulsion christique. Son corps astral (étonnement et émerveillement), son corps éthérique (compassion et participation), son corps physique (la conscience). Représentation de la figure du Christ à l’avenir.

 

SEPTIÈME CONFÉRENCE Berlin, 20 mai 1912

Impulsion du Christ dans l’humanité au milieu de l’époque postatlantéenne. Développement des formes architecturales : de l’Égypte ancienne au dôme gothique de nos jours, image de la descente de l’être humain sur le plan physique et de son élévation vers les mondes spirituels divins. Légende du déluge dans différents peuples et début du Kali Youga en 3101 avant notre ère. La déité indienne Pramati libérant l’humanité de la conduite par les anciens dieux. Fin du Kali Youga en 1899. Kali Youga, un déluge spirituel noyant la conscience et provoquant une hécatombe. Légende grecque de Deucalion. Mission de la science de l’esprit après la fin du Kali Youga : conduite de l’humanité vers une nouvelle connaissance clairvoyante. Passage de l’âme de conscience à la vie dans le soi-esprit. Influence des morts auprès des vivants. Influence de Giovanni Santi sur son fils Raphaël.

HUITIÈME CONFÉRENCE Berlin, 18 juin 1912

 

Conscience terrestre et dépendance du corps physique. Corps éthérique comme instrument de la mémoire terrestre. Inscription du « panorama » dans l’éther cosmique. La « notice » dans l’éther en lien avec l’individu. Expériences intérieures de l’homme devenant, dans l’éther cosmique général, des faits extérieurs restant liés à l’individu. Le corps astral comme instrument de nos actes. Vie rétrospective de notre monde des actes dans la mort. Inscription de nos actes dans l’astralité générale du cosmos, dans le karma. Les formes de pensée et de sentiment se libérant de l’individualité pour sortir dans le cosmos dans une existence autonome.

 

NEUVIÈME CONFÉRENCE Berlin, 20 juin 1912

Forces formatrices ou perturbatrices des pensées et sentiments désintéressés ou égoïstes. Progrès de toutes les hiérarchies. Élévation des esprits de la forme au début du développement terrestre. Au temps reculé, ressemblance marquée des fils avec leurs ancêtres. Expression marquée des individualités dans le futur. Formation individuelle des physionomies, à l’avenir, par les pensées et les sentiments désintéressés. Passage de l’humanité de l’âme-groupe (race, tribu, famille) vers l’individualité. Recherche toujours plus individualisée de la voie vers les mondes spirituels. Disparition de la conduite humaine par une autorité extérieure. Examen toujours plus marqué des vérités spirituelles par l’entendement individuel. Les anciennes initiations et le mystère du Golgotha. Bouddha dans le courant du Christ et sa mission sur Mars. Reconnaissance du principe de développement. Christian Rose-Croix, conducteur du mouvement occulte pour l’avenir. Le nerf fondamental de la théosophie. Aspiration nationaliste et impérialiste dans la Theosophical Society. Fondation du mouvement théosophique sur la véracité et la vérité.

Informations supplémentaires