Éveil au contact du moi d'autrui

Steiner, Rudolf

PDFImprimerE-mail
Prix TTC
28,00 €
ISBN : 2-88189-022-9
N° de GA : 257
Communication :
Conférences
Traduction : Choisnel, Vincent - Burlotte, Raymond - Bideau, Marcel & Henriette
Édition année : 1987
Nbre de pages : 310
Reliure :
Relié
Format : 12 x 18
Auteur(s) : Steiner, Rudolf
Langue originale :
Allemand
Description

Première conférence, Stuttgart, 23 janvier 1923

La perte du Goetheanum. Sa reconstruction suppose une Société forte. Les adversaires. La Société jusqu'en 1918 et après. Les fondations nouvelles à la périphérie de la Société. Les rapports entre « mère » et « filles » ont mis en péril le mouvement anthroposophique. Le mouvement de rénovation religieuse; l'union pour la tripartition; l'union universitaire anthroposophique. Les dangers de la spécialisation anthroposophique. Les «six vertus». Le bâtiment en ruine à Dornach, la Société en ruine intérieurement. Paroles de douleur, expression d'un examen de conscience, et d'une prise de conscience de nos responsabilités.

Deuxième conférence, Stuttgart, 30 janvier 1923

Formation du jugement sur la base des faits. La double métamorphose d'un jugement de la science de l'esprit. Beaucoup de jugements erronxés à cause de vérités isolées et de spéculations fausses. Débarrasser le jugement de son égoïté. Le spirituel ne peut être prouvé, il ne peut être que vécu. La querelle de l'atomisme dans « Die Drei ». La Philosophie de la Liberté. Pensée, Liberté, Christianisme. Anthroposophie commence par la science, elle vivifie ses représentations par l'art, elle s'élève en approfondissement religieux.

Troisième conférence, Stuttgart, 6 février 1923

La révolution copernicienne dans la science: la terre devenue un grain de poussière. Anthroposophie veut retrouver la connaissance de l'esprit dans l'univers. Nouveau penser et nouveau vouloir. La Philosophie de la Liberté. L'expérience du réveil. La volonté dans le penser. Représenter l'anthroposophie par voie d'autorité ou au nom d'une conviction. Malentendus et conflits du fait d'un développement erroné de la Société. Les trois phases du travail anthroposophique, 1902-1909, 1910-1917, 1918-1923 et leurs significations. Crises dans la troisième phase par suite des fondations nouvelles. Polémiques stériles, programmes non réalisés. La Société doit être porteuse du travail anthroposophique.

Quatrième conférence, Stuttgart, 13 février 1923

Le développement de l'anthroposophie en tant que société. Le drame de l'âme de l'anthroposophe : intériorisation des volontés ; recherche d'un nouveau mode de connaissance; vivre le destin du temps. L'aliénation et la souffrance. Anthroposophie, non comme « sagesse de l'homme » mais comme « conscience de l'humanité totale ». Succession et simultanéité des phases de la Société Anthroposophique. Dans la troisième phase, contradiction entre la vie de la pensée et des sentiments d'une part et la volonté d'action d'autre part. Deux maux de l'humanité moderne: la crainte du suprasensible et la faiblesse de la volonté. La ségrégation entre les gens pratiques et les mauvais anthroposophes doit cesser.

Cinquième conférence, Dornach, 22 février 1923

Les idéaux. Le bâtiment perdu comme manifestation de l'idéal scientifique, artistique, religieux. Les trois idéaux dans l'ancien Orient et chez les Grecs ; la tâche de notre époque : leur renouvellement et leur orientation prospective. La réunion des délégués doit contribuer à donner à la Société Anthroposophique le nouvel essor dont elle a besoin.

Sixième conférence, Stuttgart, 27février 1923

Première conférence de la réunion des délégués. Paroles de douleurs à la pensée du bâtiment perdu. La nécessité de former une communauté. Le mouvement de la jeunesse. La Communauté des Chrétiens. Les forces formatrices de communauté: la langue et les souvenirs communs. La force communautaire du culte: ranimer les souvenirs de la vie prénatale. La Société Anthroposophique a besoin de l'expérience communautaire de « l'éveil au contact d'autrui ». De cette façon, le sensible est élevé au niveau du suprasensible, tandis que le culte fait descendre le suprasensible dans le sensible. Les deux groupes d'êtres qui ne se comprennent pas: mieux vaut se séparer avec un idéal commun que rester uni dans le chaos.

Septième conférence, Stuttgart, 28 février 1923

Deuxième conférence de la réunion des délégués. Dans l'atmosphère morale de sociétés spirituelles, l'élément de la fraternité est une condition préalable à la connaissance des mondes spirituels. Querelles permanentes cependant, parce que l'on transporte l'attitude courante de l'âme dans l'examen des faits spirituels. Cette situation exige une tolérance accrue. Anthroposophie nécessite un retournement de l'âme. Le problème des adversaires. Les adversaires contraignent l'investigateur spirituel à se défendre pour le distraire de ses véritables tâches. Les conférences de Vienne et d'Oxford: le mot « anthroposophie » n'a pas été employé une seule fois. Aspects positifs et négatifs de la formation d'une communauté. Le mouvement et la société: le contenu et le contenant. On ne peut fonder une société anthroposophique qu'à condition que les états de conscience ne soient pas mélangés de façon illégitime.

Huitième conférence, Dornach, 2 mars 1923

Les modifications apportées à la Société par les fondations depuis 1919. , La montée des jeunes. Perte d'efficience du principe d'autorité au 19e siècle. Gregor Mendel. Röntgen. La jeunesse se sent repoussée par la Société Anthroposophique. La bureaucratie. Le déroulement de la réunion des délégués. Le travail en deux sociétés. Le « problème du tailleur ».

Neuvième conférence, Dornach, 3 mars 1923

Compte-rendu de la conférence faite à Stuttgart le 27 février. Comment se forme une communauté. La perte de liens sociaux anciens. Aspiration à une personnalité propre et à la pure humanité. La Communauté des Chrétiens: vivifier l'impulsion du Christ à partir de l'anthroposophie. Formation d'une communauté à partir du culte et formation d'une communauté par l'éveil au contact de l'être psychique et spirituel d'autrui. La démarche d'étude et de recherche spirituelles dans les branches anthroposophiques. Éviter les dangers du fanatisme verbal.

Dixième conférence, Dornach, 4 mars 1923

Compte-rendu de la conférence faite à Stuttgart le 28 février. Le manque de fraternité dans les sociétés dont le but est de cultiver la fraternité. Les trois états de conscience : le rêve (et le soimmeil), la conscience de jour et la conscience de veille supérieure et les dispositions intérieures correspondantes. Aberrations spirituelles et égoïsme provoqués par l'introduction de certaines dispositions de l'âme dans l'état de conscience qui ne leur convient pas. De la tolérance et de la nécessité de s'intéresser aux conditions de vie de la Société Anthroposophique. Compte-rendu de la façon dont le problème des adversaires a été traité à Stuttgart. La tentative de travailler en deux courants parallèles au sein de la Société.

ANNEXES

I. Lettre circulaire de la commission de confiance « Aux membres de la Société Anthroposophique en Allemagne ». 13 février 1923.

II. Rudolf Steiner: Projet de principes pour une société anthroposophique, 1912.

Informations supplémentaires