Évangile (l') selon Marc

Imprimer
Steiner, Rudolf
Prix de vente réduit :
Prix ​​de vente8,00 €
Remise
Prix / Kg:
ISBN : 2-85248-151-0
Nbre de pages :
151
N° de GA
139
Traduction :
de Bulgaris
Reliure :
Broché
Format :
15 X 23
Communication :
Conférences
Édition année :
1991
Auteur(s) :
Steiner, Rudolf
Langue originale :
Allemand

                   L'Évangile de Saint Marc, on le sait, débute par ces paroles : « Ceci est le commencement de l'Évangile de Jésus-Christ ». Pour les gens de notre temps qui cherchent à comprendre cet évangile, ces tout premiers mots doivent contenir déjà trois énigmes. (...) Nous vivons à une époque où la conception de l'Évangile de Saint Marc – et nous allons le voir à propos de ces trois énigmes – passe précisément par un tournant, par un renouveau...

- Dans ce cycle de conférences, Rudolf Steiner met en avant le peuple de l'Ancien Testament, nous offrant un vaste tableau majestueux et poignant vers la connaissance du Christ et du Mystère du Golgotha, autant historique que cosmique.-

(...) On peut dire que nulle part au monde, elle n'a été décrite avec tant de simplicité et en même temps avec une intensité dramatique aussi grandiose que dans l'Évangile de Saint Marc.

(...)Lorsqu'on sent l'Art avec lequel a été composé cet évangile, et la profondeur de son contenu, ce sentiment devient une réalité intérieure, vivante, indispensable à qui veut comprendre le Christ Jésus. Il faut pour cela que l'âme s'adonne à son étude avec coeur, avec sentiment.

L'Évangile de Saint Marc allume en nous la flamme de cette connaissance : le ciel et la terre passeront, mais tout ce que nous pouvons apprendre sur le Mystère du Golgotha nous suivra dans l'avenir !

« Les transformations apportées dans la vie des âmes par le Mystère du Golgotha. L'exemple d'Hector et d'Empédocle. Empédocle et Faust. Le nouvel essor ou ''commencement'' introduit dans l'évolution par le christianisme. »

Première Conférence : Bâle, 15 septembre 1912

–         Homère, comprendre la vie grâce aux grandes tragédies grecques. - Giotto et Dante. - L'influence de l'Orient sur la civilisation occidentale au XIXe siècle. - La lutte de l'âme à la conquête de la vérité. - Ram Mohan Roy. - Rabindranath Tagore parlant du Christ et du christianisme. - Hector et Hamlet. - L'oeuvre de Goethe : Faust. - Des âmes qui furent grandes dans l'antiquité, réapparaissent petites avec l'événement unique du Golgotha. - L'arrière-plan de l'évolution des âmes telles que celle d'Hector et celle d'Empédocle. - La succession des réincarnations.-

Deuxième Conférence : Bâle, 16 septembre 1912

« La composition artistique de la Bible. Elle se révèle par le rôle des prophètes, par l'élément qui s'intériorise dans l'âme, par le passage du Livre des Macchabèes aux Évangiles. Progression dramatique de la figure de Jean-Baptiste à celle du Christ-Jésus dans l'Évangile de Saint Marc. »

–         L'image de l'âme-groupe des Troyens. - L'âme individuelle à l'ère chrétienne. - Début du christianisme, sa progression. - Qu'est-ce que réellement la Bible, les Saintes Écritures dans son ensemble ?. - Le sens des événements historiques de l'ancien peuple hébreu en parallèle avec des faits spirituels, son union avec Zoroastre. - La majestueuse succession des Prophètes Juifs, leurs réincarnations précédentes, leurs impulsions spirituelles à leur peuple. - Les fils d'Abraham, d'Isaac et de Jacob. - Tobie et l'Archange Raphaël. - La grande figure du prophète Saint-Jean-Baptiste, sa mission. - Reconnaissance du Christ non seulement par les hommes, mais aussi par des êtres du monde suprasensible ; les démons. - Les Enfants du Tonnerre. - Constitution des Douze apôtres autour du Christ Jésus. - Judas, de l'Ancien Testament au Nouveau Testament.

Troisième Conférence : Bâle, 17 septembre 1912

« Le prophète Élie réapparu en Jean-Baptiste. L'impulsion historique apportée par la personnalité d'Élie-Jean. Raphaël. L'esprit du Précurseur et la mission du Christ. »

–         Les diverses réincarnations du Prophète Élie. - Les prêtes de Baal et leur défaite face à Élie. - L'histoire singulière du roi Achab, du roi Naboth et de la reine Jézabel. - Oeuvre accomplie en la personne du Baptiste. - Passage de l'âme-groupe au moi individuel. - Décapitation de Jean-Baptiste. - Herman Grimm ; Raphaël une puissance cosmique. - Parallélisme de la multiplication des pains : Élie et le Christ. - Le dénie des philosophes et autres ''nomismes'' pour Dieu. - Les guérisons d'autrefois ne tiennent pas du miracle dû aux préjugés arrogants de l'homme moderne. - Guérison du lépreux par le Christ. - Individualisation en cours d'évolution sans passer par les écoles initiatiques, mais où le Christ agit directement de personnalité à personnalité, c'est à dire : du Moi à Moi : une Alliance Nouvelle. - Le paralytique, les forces morales. - Le Karma un lien entre l'être spirituel et l'être physique.

Quatrième Conférence : Bâle, le 18 septembre 1912

« Le Bouddha et Socrate enseignant, et le contraste qu'ils forment dans l'évolution. Le Christ et ses disciples. »

–         La Vie ; point capital de l'enseignement bouddhique au Vème siècle avant notre ère en Inde. Bouddha face à ses élèves. - Au Vème siécle avant J-C en Grèce, Socrate fonde un mouvement ''l'accouchement spirituel''. Socrate face à ses élèves. - Phèdon : dialogue de Platon racontant la mort et les dernières paroles de Socrate. - La Voie du Milieu. - Paraboles et Images, l'enseignement du Christ face à la foule, face à ses disciples. - Parabole du semeur dans l'Évangile de Saint Marc. - Le penser humain avant et après l'évènement du Mystère du Golgotha. - Trois attitudes de l'écoute. - Les Douze apôtres. - La triple constitution de l'âme, son développement successif dans les époques et les différentes civilisations.

Cinquième Conférence : Bâle, le 19 septembre 1912

« Les révélations de Krishna et les temps de l'ancienne clairvoyance. Bouddha, successeur de Krishna. Jean-Baptiste, prédécesseur du Christ. »

–         Krishna, les révélations d'un enseignement occulte d'une perfection hautement spirituelle. - Trois grands penseurs tels que : Fichte, Schelling et Hegel. - Le ''Je Suis'' dans la Bhagavad Gîtâ et les Védas. - Comprendre les paroles de Krishna. - S'entraîner spirituellement. - Le pur Brahman. - Disparition de la clairvoyance au cours des civilisations post-atlantéenne. - Krishna, Bouddha, Jean-Baptiste, Christ Jésus : le sens du vrai autour du Mystère du Golgotha.

Sixième Conférence : Bâle, le 20 septembre 1912

« La décision historique d'un Dieu de révéler aux hommes les Mystères. »

–        Répétition d'un déterminisme dans le monde végétal et le monde animal, dans les rythmes de l'année. - Rôle effectif du temps sur la vie humaine. - Cours des diverses périodes de l'humanité et leurs ressemblances. - L'évolution en trois temps, l'impermanence. - Apparition de la Trinité. - L'Orient et l'Occident. - Les liens du sang ; forces de l'hérédité. - Les liens de l'esprit. - L'Âme-groupe des Douze. - Éducation du Christ à ses disciples dans le récit de la double multiplication des pains. - L'intériorité : la véritable solitude, la clairvoyance nouvelle. - La grande décision du Christ à dévoiler les Mystères de la mort et de la résurrection aux hommes.

Septième Conférence : Bâle, le 21 septembre 1912

« L'aspiration qui vit dans des âmes comme celle d'Empédocle, à laquelle va répondre la voix du Golgotha . »

–         Le lien particulier et intime entre l'âme du Christ et l'âme des Douze. - La Transfiguration. - Trois jours dans l'ancienne et la dans la nouvelle intiation, la force du Moi humain et le Moi terrestre. - Le Talon d'Achille. - Les cinq blessures du Christ, la Croix du Golgotha. - Le Christ en son rapport avec la forme humaine. - Biographie de la descente de l'homme, de l'humanité vers la matière. - Phérécyde de Scyros - Héraclite - Nietzsche – Passage du Rubicon. - Philosophie hindoue, philosophie grecque et compréhension du Mystère du Golgotha.

Huitième Conférence : Bâle, le 22 septembre 1912

« La Transfiguration. Moïse et Élie. Le Christ sous son aspect historique et cosmique. »

–         Lac, Montagne, Maison = trois lieux, trois scènes du tableau de la Transfiguration. - Pierre, Jacques et Jean. - Du grand monologue de Dieu, se montre un entretien à trois. - Moïse, la voie des liens du sang. - Phinées-Elie. - Marie-Madeleine: la porteuse de parfum ; Judas: la dramatique trahison ou deux faces de la ''valeur''. - La Parabole du figuier maudit. - L'arbre de la croix.

Neuvième Conférence : Bâle, le 23 septembre 1912

« Les profondeurs révélées par la composition artistique des Évangiles. Le Fils de David. Le Fils de l'Homme. L'Être cosmique. »

–         L'art grec, un nouvel élan. - L'art des évangiles des récits en perpétuels mouvements, une trace de faits occultes. - Passage de l'entretien du Christ avec les Saducéens : le mariage, sa mission. - Sur le chemin du mont des Oliviers. - La guérison de l'aveugle : la Foi. - Le Fils de l'Homme. - Le jeune homme nu, sa double apparition.

Dixième Conférence : Bâle, le 24 septembre 1912

« La voie qui fait approfondir le Mystère du Golgotha. »

–         L'ère du matérialisme, son regard sur l'homme et sur l'impulsion christique. - Renier l'existence même de Jèsus de Nazareth ; le Christ une fiction ! _ Conséquences dans notre époque de l'abandon des disciples du Christ au moment décisif dans son accomplissement. - Résurrection et impulsions du Christ Cosmique. - L'élève de Saint Pierre. - Origine cosmique de l'être humain donnée dans la Gnose païenne. - Décadence de l'Égypte antique ; les ravages d'une gangrène spirituelle. - La chute de l'humanité dans le matérialisme. - La civilisation Egytpiene, un miroir, à notre civilisation mécanique et technologique. - Les erreurs ''dramatiques'' de la science matérialiste sur le cerveau. - Influences luciférienne et ahrimanienne développant au cours des ères le penser de l'homme. - L'Esprit de l'humanité, le Fils de l'homme : aspect de la connaissance de Soi. - Le fantôme. - Éléments féminin et masculin. - Être chrétien. - Les Pauses Cosmiques.

Le martyre des sept Frères (extrait du Livre des Macchabées)

–         (...) On amena ensuite le cinquième et on le tortura. Mais lui, fixant les yeux sur le roi, il lui disait : '' tu as, quoique corruptible, autorité sur les hommes, tu fais ce que tu veux. Ne pense pas cependant que notre race soit abandonnée de Dieu. Pour toi, prends patience et tu verras sa grande puissance, comme il te tourmentera, toi et ta race.'' (...) Nous autres nous souffrons à cause de nos propres péchés. Si pour notre châtiment et notre correction, notre Seigneur qui est vivant s'est courroucé un moment contre nous, Il se réconciliera de nouveau avec ses serviteurs...

Livres en relation ou du même auteur