Ésotérisme de l'évangile de Marc

Steiner, Rudolf

PDFImprimerE-mail
Prix TTC
20,00 €
ISBN : 2-88189-128-4
N° de GA : 124
Communication :
Conférences
Traduction : Villetet, Claudine
Nbre de pages : 346
Reliure :
Broché
Auteur(s) : Steiner, Rudolf
Langue originale :
Allemand
Description

Première conférence, Berlin 17 octobre 1910
Nécessité de conceptions nouvelles de l’événement christique. L’assimilation de la sagesse orientale par l’élargissement de nos conceptions. Les différents aspects des plus hautes vérités et celle quadruple des Evangiles. Nécessité de transposer les vérités contemplées en concepts compréhensibles. L’étude de la science de l’esprit, préparation à l’élévation vers le monde spirituel. Nécessité de dominer l’égoïsme. Le drame-mystère La Porte de l’Initiation: description du chemin initiatique d’une individualité précise.

Deuxième conférence, Berlin 24 octobre 1910
Trois approches possibles de l’être humain: l’anthropologie, l’anthroposophie et la théosophie. Nécessité de l’humilité dans la connaissance et sens de la vérité inné de l’âme humaine. Les animaux sans yeux, preuve de l’ancienne union de la Terre avec le Soleil. L’expérience du Moi, porte sur le monde spirituel. Le caractère spécifique de la perception du Moi par rapport aux autres perceptions. L’indépendance intérieure à l’égard des sentiments personnels, condition de la recherche spirituelle. La connaissance de ce fait dans l’ancienne école pythagoricienne.

Troisième conférence, Berlin, 7 novembre 1910
Correspondances entre le développement de l’être humain à travers les septaines et celui de l’humanité à travers les civilisations postatlantéennes. La connaissance imagée des anciens Rishis héritée de l’Atlantide. La conceptualisation de la connaissance suprasensible par Zarathoustra. L’application des concepts supra-sensibles à des faits physiques à l’époque é’yg La question du bien-fondé des concepts chez Aristote et la fondation de la logique. La perte du rapport à la réalité chez Kant. L’échec d’un renouvellement de la psychologie chez Franz Brentano et la nécessité d’une impulsion spirituelle. La spiritualisation du système copernicien, une tâche d’avenir.

Quatrième conférence, Berlin, 6 décembre 1910
Les Evangiles, descriptions de processus initiatiques. La métamorphose des mystères initiatiques en faits historiques par Jésus-Christ. L’extinction de l’ancienne révélation vivant dans le corps astral et la nostalgie d’une révélation nouvelle qui devrait être l’ oeuvre du Moi. L’allusion à ces faits dans la prophétie d’Esaïe et dans les premiers versets de l’Evangile de saint Marc. La mission de JeanBaptiste. Le passage de l’initiation du Verseau à celle des Poissons. Les forces cosmiques, véritable réalité par rapport à l’apparente réalité du monde physique. L’expérience de cette vérité dans l’Evangile de saint Marc.

Cinquième conférence, Berlin, 19 décembre 1910
L’incapacité à percevoir nos enveloppes: corps astral, corps éthérique et corps physique. Le petit Gardien du Seuil, source de cette incapacité. La véritable connaissance des enveloppes par Bouddha lors de l’initiation sous l’arbre de Bodhi. La préparation à cette initiation par. des incarnations antérieures. L’initiation de Zarathoustra par l’incorporation d’un être spirituel supérieur. Les oppositions de l’entourage à l’égard d’un tel évé nement. Le roi Douransaroun, représentant de ces oppositions. Evénements similaires dans la vie de l’initié celte Habich. Le chemin de Bouddha vers l’esprit intérieur, le chemin de Zarathoustra vers l’esprit de l’univers.

Sixième conférence, Berlin, 16 janvier 1911
La signification des Exousiaï dans l’échelle hiérarchique. Le langage de ces êtres dans la puis sance des phénomènes naturels et à travers les paroles des initiés.

La véritable signification du passage des Evangiles où il est question de «l’enseignement par autorité»de Jésus. Le tournant dans la vie de Paul après l’expérience devant Damas. Le lien de l’enfant avant sa troisième année avec les forces cosmiques. La légende d’Orphée, image du passage de l’huma nité de la troisième à la quatrième civilisation et la perte de la conscience macrocosmique. Le lien du Fils de Dieu avec le Fils de l’Homme pendant les trois années d’incarnation du Christ.

Septième conférence, Berlin, 28 février 1911
L’effet vivifiant des actions accomplies par idéalisme, l’effet destructeur d’une attitude guidée par la passion. Le matérialisme pratique, dépendance de conditions extérieures. La spiritualité particulière des mains humaines et la signification de se les laver. La relation des glandes avec le corps éthérique, des nerfs avec le corps astral. L’importance de la fonction thyroïdienne pour notre intérêt envers le monde environnant. Le rapport de la tristesse et de la gaieté avec la réalité vécue et avec la réalité représentée. Un passage du Faust de Gcethe à titre d’exemple.

Huitième conférence, Berlin, 7 mars 1911
Le caractère spécifique de chacun des quatre Evangiles. L’étude de leurs différences pour une compréhension plus profonde de l’impulsion du Christ. Le déroulement rythmique de différents processus psychiques. Une allusion dans l’Evangile de saint Marc à l’incompréhension de la foule pour l’impulsion du Christ. La signification profonde de la confession de Pierre. L’inscription publique du rituel mystérique dans l’histoire de l’humanité par le Christ. L’appartenance des quatre Evangiles à quatre époques différentes. La véritable signification des nerfs dits « moteurs ». L’action de l’harmonie des sphères dans les mouvements musculaires. Une allusion à la réapparition du Christ dans le monde éthérique.

Neuvième conférence, Berlin, 13 mars 1911
Le rapport de la lumière lunaire avec la lumière solaire, image du rapport de la religion de Jéhovah avec celle du Christ. La répétition des civilisations préchrétiennes dans les civilisations de l’ère chrétienne. Le mahométisme, reprise de l’ancienne religion hébraïque de Jéhovah à l’ère chrétienne. La confluence de l’impulsion mahométane et de l’impulsion chrétienne du VI’ au XIIe siècle. La vague grecque du XII’ au XVIIIe siècle. Le nouveau courant parallèle au christianisme, apparaissant après Goethe: le bouddhisme renouvelé, courant de Mercure. La légende de Barlaam et Josaphat. La contribution du concept de karma à la compréhension des faits récemment découverts par la science. Le débat opposant Haeckel et Wilhelm His, symptôme de la nécessité de nouveaux concepts scientifiques. La complexité des vérités de la science de l’esprit.

Dixième conférence, Berlin, 10 juin 1911
L’aspiration de nombreux contemporains à une connaissance de l’esprit; expansion de la science de l’esprit en Europe. Dès le début du XIXe siècle, pressentiment de la disparition des anciens trésors spirituels et de la nécessité de les retrouver par une théosophie future dont les bases seraient scientifiques. Paroles de Richard Rothe à propos de Christof Oetinger. La préparation de l’actuelle culture rose-croix à travers les contes récités par les rhapsodes du Moyen Age. Un exemple: le conte du prince et de la Reine des fleurs. Présence de ces images dans l’épopée de Julius Mosen Le Chevalier Folie. Les temples rose-croix chrétiens, lieux d’où les contes se sont répandus. Le contenu des contes retrouvant vie dans la science de l’esprit contemporaine.

Onzième conférence, Munich, 12 décembre 1910
Les particularités de chaque Evangile. La spiritualité des langues antiques et l’incapacité des traductions à décrire les faits spirituels. La véritable signification des premières paroles de l’Evangile de saint Marc et la prophétie d’Esaïe. Le passage de l’initiation par le corps astral à l’initiation par le Moi, le Kyrios. Jean-Baptiste, précurseur de cette transition. Légende tirée de , l’enfance de Zarathoustra, sa résurgence dans le récit de la tentation de l’Evangile de saint Marc.


Douzième conférence, Hanovre, 18 décembre 1910.
La langue hébraïque, expression d’une pensée imagée vivante. La revivification de la langue allemande dans le premier drame-mystère. La présence d’un ange en Jean-Baptiste, l’allusion à cet événement dans la prophétie d’Esaïe. La nouvelle initiation évoquée dans les premiers versets de l’Evangile de saint Marc. Le lien de cet événement avec les phénomènes stellaires. La signification des différentes positions du Soleil pour les actes accomplis par Jésus-Christ sur Terre. L’émergence instinctive d’impulsions de sagesse appartenant à l’ancienne Egypte dans l’âme de Johannes Kepler.

Réponses aux questions à propos de la conférence du 18 Décembre 1910
La tentation de Jésus par les puissances adverses, les différentes versions qu’en donnent les trois premiers Evangiles. L’action de Lucifer et d’Ahriman en l’être humains leur métamorphose par l’impulsion du Christ. Les oeuvres de Denys, leur origine.

Treizième conférence, Coblence, 2 février 1911
Les premiers versets de l’Evangile de Marc incompréhensibles sans l’aide de la science de l’esprit. Nature et oeuvre des sept saints Rishis. Le mystère des langues antiques: présence des constellations zodiacales dans les consonnes et des planètes dans les voyelles. L’initiation de Jean-Baptiste dans le signe du Verseau.

Informations supplémentaires