Dangers (Les) d'un occultisme matérialiste

Steiner, Rudolf

PDFImprimerE-mail
Prix TTC
20,00 €
Éditeur : Éditions Triades
ISBN : 2-85248-231-2
N° de GA : 254
Communication :
Conférences
Traduction : Burlotte, Raymond
Édition année : 2002
Nbre de pages : 304
Reliure :
Broché
Format : 14 X 21
Auteur(s) : Steiner, Rudolf
Langue originale :
Allemand
Description
LE MOUVEMENT OCCULTE AU XIX' SIÈCLE ET SON RAPPORT À LA CIVILISATION

Première conférence, Dornach, 10 octobre 1915

Clairvoyance et pensée. La symbolique des écoles initiatiques. L'opposition entre ésotéristes et exotéristes en ce qui concerne la publication du savoir occulte. L'établissement d'un compromis: la mise en scène du médiumnisme et du spiritisme. L'échec de cette tentative. La science de l'esprit accomplit le principe des exotéristes du milieu du XIXe siècle.

Deuxième conférence, 11 octobre 1915

La Société théosophique, ses méthodes d'investigation médiumniques et le chemin individuel de connaissance tel qu'il se dégage de la science de l'esprit. Les buts particuliers de certains ordres occultes. Le fiasco du spiritisme. La personnalité singulière de H.P Blavatsky. La fondation de la Société théosophique. Les antécédents de la fondation de la Section allemande de la Société théosophique et le développement du mouvement de la science de l'esprit.

Troisième conférence, 16 octobre 1915

Le matérialisme au XIXe siècle. L'autoréflexion sur le penser comme préalable à la connaissance du vide régnant dans la vision matérialiste. La véritable origine de l'atomisme.

Quatrième conférence, 17 octobre 1915

La tentative des occultistes, de différents côtés, pour éviter que l'humanité ne sombre dans le matérialisme. Le matérialisme au sein des courants spirituels du XIXe siècle. Les égarements du médiumnisme. Comment Sinnett et Blavatsky ont défiguré la notion de huitième sphère par rapport à la Lune. Les arrière-fonds de cette défiguration.

Cinquième conférence, 18 octobre 1915

La huitième sphère. La réaction des esprits de la forme au moyen des forces lunaires et héréditaires. Le combat de Lucifer et Ahriman contre cette réaction. À propos de la matière lunaire.

Sixième conférence, 19 octobre 1915

Les dangers d'erreurs lors de l'entrée dans les mondes spirituels. Ancienne et nouvelle clairvoyance. La revitalisation du corps éthérique en relation avec la nouvelle apparition du Christ dans l'éthérique. Les conditions de vie du mouvement de science de l'esprit. La subsistance d'un savoir antique à l'époque de la montée du matérialisme, par exemple chez Heinroth et Goethe (description de Macarie dans le Wilhelm Meister).

Septième conférence, 22 octobre 1915

La recherche à propos de la vie entre la mort et une nouvelle naissance. La transformation des forces physiques non utilisées pendant la vie en forces d'aide spirituelle après la mort. Les temps de sommeil revécus dans le kâma-loka. Les limites que la science et la religion tracent pour empêcher l'entrée dans les mondes spirituels.

Huitième conférence, 23 octobre 1915

L'objectif du travail avec des symboles dans les sociétés secrètes. La question de la divulgation du savoir auparavant tenu secret. La Divine Comédie de Dante et les méthodes d'enseignement du Père Antoine comme illustrations de la transformation des forces qui s'est effectuée au cours de l'histoire universelle. Les forces ennemies de la nature et de l'homme derrière les phénomènes naturels et les expériences intérieures.
 
Neuvième conférence, 24 octobre 1915 

L'importance de l'investigation du monde minéral pour le développement terrestre de l'homme. La dualité dans le monde sensible, la trinité dans le monde suprasensible. Intelligence ahrimanienne, volonté luciférienne. Les dangers de l'occultisme objectif et de la mystique subjective et comment la science de l'esprit permet de les éviter.

Dixième conférence, 25 octobre 1915

La conscience humaine entre la réalité objective et la réalité subjective, entre le monde ahrimanien et le monde luciférien. Notre époque exige que l'on cherche à percer, d'un côté ou de l'autre. Les égarements de la conscience et la manière de les surmonter en mettant en oeuvre un travail de pensée sur la science de l'esprit, d'une part, en libérant la vie intérieure grâce à une activité formatrice d'autre part. Le mythe de Tantale. Les lignes directrices indiquées par le mouvement anthroposophique.

QUELQUES SYMPTÔMES SIGNIFICATIFS DE LA VIE CULTURELLE VERS LE MILIEU DU XIXe SIÈCLE

Onzième conférence, 31 octobre 1915

Le roman de Gutzkow Maha Guru et le drame de Krasinski la Comédie non divine comme exemples de la façon dont certains faits importants du monde spirituel se manifestent dans la littérature du XIXe siècle.

Douzième conférence, le 1er novembre 1915

Ehomme des époques lémurienne et atlantéenne et ses instructeurs, les êtres lunaires. La connaissance, à ces époques, de lois naturelles cachées. La nouvelle connaissance de la nature et son rapport avec le développement d'une volonté libre. Les restes décadents d'une ancienne chimie occulte, par exemple au Tibet. La nécessité de connaître Lucifer et Ahriman et l'imprégnation du moi par le Christ. Extrait d'une lettre de Pétrarque à Boccace au sujet du savoir et de la foi. Extrait du Juif errant de Julius Mosen. La véritable quête du Christ au moyen de la science de l'esprit.

Treizième conférence, 7 novembre 1915

L'écrit de Gustav Theodor Fechner: « Preuves que la Lune est constituée d'iodine ». La faculté de transformation de l'homme à l'époque atlantéenne en ce qui concerne le corps physique et le corps éthérique. La physionomie morale de l'homme à la sixième époque postatlantéenne comme fatalité de la tendance matérialiste.

Informations supplémentaires