Correspondances entre le microcosme et le macrocosme

Steiner, Rudolf

PDFImprimerE-mail
Prix TTC
22,00 €
Éditeur : Éditions Novalis
ISBN : 2-910112-63-2
N° de GA : 201
Communication :
Conférences
Traduction : Bideau, Geneviève
Édition année : 2008
Nbre de pages : 301
Reliure :
Broché
Format : 14 X 21
Auteur(s) : Steiner, Rudolf
Langue originale :
Allemand
Description

PREMIÈRE CONFÉRENCE, Dornach, le 9 avril 1920

Nécessité et liberté : leur caractère inconciliable dans la vie de l'esprit de l'époque moderne. La science de l'esprit est nécessaire pour jeter le pont, Elle n'est ni sectaire, ni dilettante, elle instaure pour la première fois une véritable connaissance de l'homme comme fondement de toute culture de l'esprit. La connaissance atavique englobante a été épurée depuis .le XVe siècle en intellectualisme. La connaissance du monde est devenue calcul mathématique et mécanique.. Celui-ci ne s'appuie que sur les dimensions de l'espace abstraites de l'homme. On ne peut rien trouver dans le monde extérieur que l'homme n'ait d'abord trouvé en lui-même. Mais il a considéré abstraitement comme étant de même nature les trois dimensions qui ne sont pas en lui de même nature. Il y a en l'homme trois plans perpendiculaires les uns aux autres : le plan de la symétrie et la vision ; le plan,qui sépare l'avant et l'arrière ; le plan entre la tête et le thorax. Ce sont les plans du penser qui distingue ; du vouloir ; du ressentir. La sensibilité à la qualité de ces plans peut tout aussi bien être utilisée pour la connaissance du système cosmique que les trois dimensions abstraites. De même que l'homme a, concernant ces plans, des formes différentes dans le haut et le bas, la droite et la gauche, l'avant et l'arrière, de même l'univers. Il faut utiliser une connaissance de l'homme plus forte que seulement celle des trois dimensions perpendiculaires l'une à l'autre. Si l'on revient à l'image, la phraséologie qui se répand en paroles se transforme en vue immédiate. Penser - saisir son nez ; ce qui est ressenti à gauche, on se l'approprie à droite. Ce ne. sont pas seulement les distances par rapport au Soleil qui importent, aussi peu qu'importent peu en l'homme seulement les distances par rapport au plan horizontal. Les yeux et l'estomac sont de qualité différente. De même Mars et Mercure. L'homme doit ainsi être conçu comme hiéroglyphe de l'univers. Alors celui-ci n'apparaît pas seulement dans l'image mathématique. Dans une telle image, on ne pourrait jamais comprendre l'origine de la liberté et 'de ce qui est moral.

DEUXIÈME CONFÉRENCE, le 10 avril 1920

La question se pose ; pourquoi les directions différenciées sont ressenties comme trois directions équivalentes ? L'animal ne peut pas le .faire. C'est là-dessus que repose sa sûreté d'orientation dans l'espace, par exemple dans le vol desoiseaux. Seul l'homme-membres est inséré dans les forces dela Terre, l'homme-tête est la métamorphose de l'homme-membres de la précédente incarnation, formé au cours dupassage par le monde spirituel. Comparaison avec le cycle dela plante annuelle qui pousse à partir de la graine, termineson parcours avec la formation de la graine, mais à un niveau supérieur, C'est seulement quand la graine revient dans la terre que le cycle est achevé. La plante pousse de la terre en direction du ciel, l'homme, à l'inverse. Pourquoi l'homme abstrait-il ? Parce que la tête s'est soustraite aux forces terrestres. Elle est portée par le reste de l'homme comme le passager d'un train, Une vie de l'âme sans tête, telle qu'elle naît dans l'imagination, n'abstrait pas. Celui qui voyage dans un wagon-lit parfait ne remarque le mouvement du train que lorsqu'il regarde par la fenêtre, De même l'homme qui regarde dans le monde spirituel. Le mouvement véritable de la Terre n'est pas connu à l'époque moderne parce qu'il est constaté par l'organe le moins adapté à cela, la tête. En réalité, la Terre ne tourne pas autour du Soleil, elle suit au contraire le Soleil en une ligne hélicoïdale.

TROISIÈME CONFÉRENCE, le 11 avril 1920

Il importe de sortir de la pure activité d'abstraction, pas de tracer une nouvelle image du monde sur le mode de celle de Copernic. Ces conférences né sont pas de l'astronomie mathématique. Ce qui importe, illustré par l'exemple de la couleur. Le plan du zodiaque. Ce qui est analogue au plan du vouloir en l'homme. Ce qui, dans le ciel étoilé, est analogue aux deux autres plans de l'homme. L'homme est-il absolument inséré dans les mouvements cosmiques ? Alors, il n'y aurait aucune place pour la liberté et la moralité. Comment l'homme est inséré dans le cycle de l'année. L'évolution embryonnaire dure en un certain sens une année, l'année suivante, les dents se développent. Mais les deuxièmes dents ne suivent qu'à une vitesse réduite de sept fois : c'est la première annonce d'une existence libre. L'alternance du jour et de la nuit à laquelle l'homme s'est en un certain sens arraché. Elle ne montre plus que l'image du déroulement naturel. Les deuxièmes dents : une autre ordonnance naturelle par comparaison avec la première, L'encerclement vu comme un phénomène qualificatif, Cela conduit à parler concrètement des mouvements cosmiques, Le coeur et le Soleil, le mouvement du sang et la nature de l'action du Soleil. Il faut lire les mystères du monde dans les hiéroglyphes qui sont dessinés en nous-mêmes. Renoncer à vouloir construire l'image du monde en quelques lignes.

QUATRIÈME CONFÉRENCE, le 16 avril 1920

Question principale : quel est en l'homme le rapport entre la morale et la loi de la nature ? La différence des trois parties de l'organisme. La tête est issue du monde sensible, mais métamorphosée au cours du passage par le monde spirituel, Cependant les organes des sens correspondent au monde extérieur. La conscience de sommeil dans l'homme du métabolisme et des membres. Son monde nous tourne le dos, La respiration est la médiation, Son caractère inconscient a été rendu conscient en Orient. Dans le rêve, l'homme trempe les lèvres dans le monde du sommeil. L'expression des trois

mondes dans les nombres : Le rythme respiratoire apporte l'harmonie avec le cosmos, 25 920 respirations par jour - autant de jours dans une vie humaine de 72 ans - le jour cosmique a autant d'années, La respiration de 18 ans dans le mouvement de la Lune. La nutation, Par là émerge un autre monde: Le rythme de 18 ans et 7 mois dans le cours dé la vie est une nouvelle ouverture du monde astral. L'éther cosmique et le Soleil sont de la matière qui aspire. Les Égyptiens et la période de 72 ans de. la vie humaine. Lumière du Soleil réfléchie et directe, Iahvé et le Christ. Trois sortes d'ensembles de lois, pas une gravitation uniforme. Caractérisation de . la vision newtonienne de la gravitation et choc initial.

CINQUIÈME CONFÉRENCE, le 17 avril 1920

La conception scientifique actuelle considère l'univers sans rapport à l'être humain et seulement comme un assemblage, comme si l'homme était constitué de ses parties. Schelling à propos du lieu.du Soleil, Pourtant, l'astronomie sait aussi, par exemple, que ce n'est pas seulement la T'erre qui décrit une ellipse autour du Soleil, mais que le Soleil et la Terre ont un point commun neutre. De telles choses dans la science renvoient au-delà d'elle-même. Sur ses points difficiles, seul le rapport à l'homme conduit à un résultat. Le spatial en tant que matière pondérale et en tant que force aspirante. Le corps astral n'est pas spatial, mais ordonne lés relations au sein du spatial. Les directions différenciées de force dans le zodiaque. Elles sont l'effet du monde astral extérieur, L'homme est en rapport avec elles par son` corps astral dans le sommeil. Le corps astral inséré dans le corps physique et le corps éthérique se dégage lui-même de ces relations, La direction est-ouest a une vertu thérapeutique, mais ce n'est pas une recommandation aux auditeurs. Constellations agissantes et constellations occultées par la Terre. Comparaison avec la faim et son assouvissement, Les mouvements internes infraconscients, comme ceux du coeur et de l'intestin, sont toujours sous l'influence de ce qui est extérieur à la Terre. Ne sont terrestres que les processus à l'extérieur de la peau. Le cerveau et la force ascensionnelle dans le liquide céphalorachidien. Le penser grâce à cette force ascensionnelle. `La forme de l'homme n'est pas issue de la Terre, est seulement détruite par celle-ci, Les mouvements internes produisent les organes; non l'inverse. Exemple ; sang - coeur, Zodiaque forme générale ; planètes- mouvements internes ; monde des éléments - actions des organes ; Terre.- métabolisme.

SIXIÈME CONFÉRENCE, le 18 avril 1920

Il faut rechercher l'accord entre l'homme et l'univers extérieur à l'homme. Il faut regarder l'homme selon les quatre points de vue des forces modelantes, du mouvement des sucs, des forces des organes et du métabolisme. Forces modelantes périphérie - organes dès sens. Ceux-ci sont formés par des forces qui n'ont pas la nature de l'image, mais qui se trouvent derrière. Forces modelantes - métabolisme : la périphérie reste fixe, le métabolisme est mobile, Contre-image ; les étoiles fixes et le mouvement de la Terre en 24 heures. Preuve de Foucault, Le métabolisme est la véritable preuve. Relativité du mouvement et son absolu. Des jours sidéraux au lieu de jours solaires en liaison avec ce mouvement, Qu'est-ce qui correspond au rapport entre le mouvement interne et les forces des organes ? Les fonctions des organes sont insérées dans les mouvements. Le coeur n'est pas une pompe. Imagereflet dans le mouvement des planètes (avec la Lune et le Soleil) et dans leurs rapports avec les éléments de l'eau, de l'air, de la chaleur. Métabolisme - cours de la journée ; forces des organes - cours de l'année, par exemple, formation des dents, L'édification des organes est dans le même rapport avec les forces de mouvement que les conditions météorologiques annuelles avec les mouvements des planètes. Le coeur est dans le même rapport avec le mouvement du sang que le mouvement du Soleil avec le mouvement des planètes. Il existe bien, conformément à la parenté de l'homme avec le macrocosme, une rotation quotidienne de la Terre, mais pas de rotation autour du Soleil. Le mouvement de la Terre dans le cours de l'année correspond à un mouvement solaire. Cela donne une véritable correction à la vision copernicienne. Le réveil et l'endormissement et le mouvement correspondant du métabolisme ne peuvent être représentés que par une lemniscate, pas par un cercle. C'est ainsi que doit être aussi. le mouvement de la Terre, car c'est seulement sur les transformations en l'homme que peut être étudié ce qui est le mouvement véritable. Pas de théorie de la relativité. Lien avec le troisième principe de Copernic, qui est sinon occulté. Au mouvement du point vernal dans le zodiaque correspond en l'homme une lente transformation de la perception sensorielle depuis l'époque grecque en ce qui concerne le bleu. Cela donne d'autres déterminations du temps que celles de la géologie. Dépendance et liberté par rapport au cosmos. La dépendance dure aussi longtemps que dure la formation, L'animal et l'homme. Au-delà du zodiaque résident la liberté, la moralité.

SEPTIÈME CONFÉRENCE, le 23 avril 1920

La science de la nature ne considère pas l'homme en tant que tel, La tête et le corps. La théorie des couleurs de Goethe commence avec les images rémanentes colorées: Leur parenté avec les souvenirs. Les organes de la tête s'ouvrent vers l'extérieur, les organes du corps vers l'intérieur. Le principe universel de la métamorphose. L'organisation de la tête est la métamorphose du reste de l'organisation dans la vie terrestre suivante. Le retournement. Le souvenir est formé par les organes du corps, « L'hypocondrie », « le spleen » en tant que conservation d'anciennes connaissances dans le langage, Les musiciens et le foie, Le jour et la semaine. Les processus de la tête vont sept fois plus vite que les processus du corps. Les dents de lait et les autres dents. Les mouvements dans l'univers doivent être étudiés sur des processus en l'homme. L'idée de Goethe de la métamorphose de la vertèbre dorsale et du crâne, Gegenbaur. L'élaboration de l'anthroposophie en sept années.

HUITIÈME CONFÉRENCE, le 24 avril 1920

L'homme d'autrefois se savait dans le sein de tout l'univers, appartenant à la Terre dans le métabolisme, aux éléments et aux planètes dans le psychisme, au ciel étoilé dans l'esprit, Dans l'existence terrestre, l'homme regarde la périphérie et vit à l'intérieur; après la mort, il vit dans la périphérie et regarde l'intérieur, qui n'est pas un monde moindre que les forêts, les montagnes, les étoiles. Le premier début de l'incarnation dans le corps maternel est l'image du cosmos. La tâche de la fécondation. Les forces moléculaires sont des reflets du macrocosme. Le matérialisme n'est pas dépassé si l'on ne cherche pas la configuration du plus petit dans le plus grand, La matière, une. substantialité qui presse ; l'éther, une substantialité qui aspire. L'opposition de l'avant et de l'arrière en l'homme. L'astral fait le lien, Le processus de digestion. L'opposition entre le haut et le bas : l'entité du moi. Le sens de l'équilibre et le sens du mouvement. Le mouvement de la Terre est quelque chose de tout à fait réel après la mort. Le coeur à l'intérieur est Soleil après la mort. L'évolution du coeur après la mort sur la voie de la glande pinéale. Lors d'une nouvelle naissance, le système sanguin devient système nerveux, La choroïde devient 'la rétine. L'objection que les animaux auraient aussi des nerfs, sans vie terrestre antérieure. L'idée de la prolongation de la vie après la mort est au service de l'égoïsme, celle de la prolongation de la vie prénatale dans la vie terrestre l'est moins. Un nouvel état d'esprit va en naître. Le caractère étranger à la réalité de la théorie de la pesanteur d'Einstein.

NEUVIÈME CONFÉRENCE, le 25 avril 1920

Cette conférence doit aussi apporter quelque, chose aux personnes ayant fait le voyage ,pour l'assemblée générale. La veille et le sommeil, L'homme des membres et du métabolisme, porteur de la volonté, dort toujours. L'hypothèse des nerfs moteurs est infondée. La jambe de l'homme se déplace par une action directe du moi, chez l'animal, par une action directe du corps astral. Des faits importants à ce sujet dans la littérature de recherche internationale, en particulier, américaine. La tâche des instituts de recherche à fonder: Perspectives ouvertes sur une nouvelle technique. La coordination du point de départ des membres inférieurs avec la Lune, des bras avec Mars, selon une connaissance du monde plus ancienne. Si le mouvement des jambes est dormant, celui des bras est rêvant, comme la volonté et le sentiment, La connaissance du mouvement des jambes n'est qu'une réflexion extérieure; apparentée à la Lune. Le soutien du langage par des gestes. Des jugements à ce sujet et sur l'articulation du mouvement des bras plus forte en eurythmie que dans la danse. L'importance pédagogique de l'habileté manuelle. La .métamorphose de .l'homme inférieur en l'homme supérieur pendant le temps entre la mort et une nouvelle naissance. La rate et le foie deviennent l'organe de l'ouïe. Les preuves de la réincarnation. Un artiste au sujet des preuves apportées à ce sujet par les personnes hypnotisées de Rochas. Il faut reconnaître que les phénomènes sensoriels sont une moitié si l'on veut comprendre l'événement du Golgotha. La suppression de l'esprit par les confessions religieuses. La phraséologie et le mensonge prennent le dessus sans la science de l'esprit.

DIXIÈME CONFÉRENCE, le `1er mai 1920

L'homme du métabolisme est adapté à la Terre, la tête ne l'est . pas. C'est comme la boussole du bateau qui garde sa direction indépendamment du bateau, La tête est organisée de façon extérieure à la Terre pour la vie de la représentation. La compréhension physiologique de la liberté, L'homme et l'animal. Le métabolisme de l'homme est maintenu à une étape antérieure. Les forces de volonté issues du reste de l'organisme empêchent que la tête devienne étrangère à la Terre. Représentation et volonté dans les deuxièmes- dents. Le développement de la mémoire. L'accumulation des forces volontaires qui stagnent dans l'organisation du larynx. Le concret sur la volonté et la représentation, et l'abstrait chez Schopenhauer et Eduard von Hartmann. L'homme est adapté au terrestre et s'en détache pourtant. Des choses analogues doivent aussi valoir pour le monde extérieur à la Terre, le monde des planètes. La science de la nature et l'astronomie ne comptent qu'avec l'homme sans la tête. Le système copernicien est une mâyâ. Autrefois, on apportait son image du monde avec la naissance. Le lien d'appartenance de l'homme avec Mars, Mercure, etc., était partie intégrante de la conscience. Les premières et les deuxièmes dents. Lé jour et la semaine, La science occulte des anciens Hébreux: Lucifer avance sept fois plus vite que Iahvé. La perte du sens de la réalité dans le penser. Les pronostics sur le libre-échange avec l'étalon-or. Les tableaux statistiques et celui qui, à l'arrièreplan, « nourrit les oiseaux ». L'homme des anciens temps introduisait congénitalement le sens de la réalité dans les sens, l'homme actuel doit s'y éduquer par la science de l'esprit. L'étude de la science de l'esprit au lieu de la curiosité de la clairvoyance. Ce qui est adaptation au monde extérieur vient imprégner l'organisation originell

Informations supplémentaires